Douanes : Le Niger, le Togo et le Burkina optent pour le transit informatisé

48

Le déploiement général du « SIGMAT » (Système interconnecté de gestion des marchandises en transit), se poursuit entre le Niger, le Togo et le Burkina Faso. Un protocole d’accord et une instruction Cadre relatifs à l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers des trois pays ont été signés. C’était ce vendredi 23 août 2019 à la Direction générale des douanes à Ouagadougou.

La cérémonie de ce vendredi se tient à l’issue d’une réunion de trois jours organisée entre les experts en législation et en informatique. Le Togo a été représenté par son Commissaire des douanes et des droits indirects, Atta-Kakra Kwawo Essien. « Nous sommes dans un tournant important. Nos responsabilités sont encore plus grandes », a-t-il déclaré.

Quant au Niger, c’est le DG des douanes, l’inspecteur principal Amadou Oumarou Petitot, qui a fait le déplacement. Il a tenu à ce que la salle observe une minute de silence, en mémoire des soldats burkinabè tombés sur le champ de bataille. Il a également saisi l’occasion pour appeler tous les douaniers à la vigilance. « La réussite de cette coopération douanière dépend du respect du chronogramme établi », a-t-il indiqué, dans son discours.

Le SIGMAT effectif au plus tard le 1er octobre 2019

Les experts, à en croire le DG des douanes du Burkina, Adama Sawadogo, sont parvenus à un consensus sur le protocole d’accord. Ce document doit régir les relations d’interconnexion des systèmes informatiques. Ils ont aussi proposé, explique-t-il, une instruction cadre organisant les procédures du transit informatisé.

« Pour être exhaustif, les experts ont identifié les différents itinéraires de transit entre les trois pays. Ils nous ont proposé un planning prévoyant le déploiement général du SIGMAT pour le 1er octobre 2019 au plus tard », a-t-il confié.

Pour lui, il convient d’exploiter toutes les opportunités qu’offrent les TIC, à travers notamment l’interconnexion. « En effet, l’interconnexion de nos systèmes informatiques bien maîtrisée présente des avantages à plusieurs égards », a fait savoir Adama Sawadogo.

Il a cité entre autres le renforcement des liens commerciaux, à travers la lutte contre la fraude et les tracasseries de diverses natures. Il a ajouté l’amélioration de la compétitivité de l’économie sous régionale. La maîtrise et la sécurisation des recettes sont aussi évoqués. Et enfin, la fiabilisation et la traçabilité réelle des flux commerciaux.

Noufou KINDO

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici