Dossiers de militaires et policiers radiés: bientôt un rapport complet au Conseil des ministres

38

Dans la matinée de ce 23 octobre 2018, le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, a présidé un conseil de cabinet avec un seul point à l’ordre du jour : le dossier des militaires et des policiers radiés suite à la mutinerie de 2011. Le document de travail a porté sur un rapport du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN) qui contient des propositions pour issue heureuse de ce dossier.

A l’issue des échanges auxquels ont participé le président du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN), Léandre Bassolé et certains membres du gouvernement, le Ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Rémis Fulgance DANDJINOU a informé les hommes de médias « qu’un important travail a été fait par le HCRUN qui a nécessité que le Premier ministre demande à un certain nombre de ministères, d’enrichir ce travail ». Selon lui, « des propositions intéressantes sont sur la table et le document a été examiné ».

Et le ministre d’ajouter : « Nous espérons que les semaines à venir, avec les indications des uns et des autres, nous aurons un document finalisé qui va être présenté au Conseil des ministres avec une solution qui soit à la fois garante de la justice, de l’équité et qui tienne compte de la volonté manifestée du HCRUN d’aller vers une réconciliation et l’unité nationale ».

Ainsi, sur instruction du Premier ministre, d’ici le 15 novembre prochain, le HCRUN devrait mettre à la disposition du Gouvernement, un document finalisé qui va être encore discuté avant d’arriver sur la table du Conseil des ministres pour son adoption.  Pour l’instant, rien n’a filtré du contenu des propositions faites par le HCRUN. Cependant, a reconnu le porte-parole du Gouvernement ces propositions tiennent compte de la justice, de l’équité, de l’intérêt général de notre pays et de l’esprit de réconciliation nationale.

De l’avis du président du HCRUN, ce dossier des militaires et policiers radiés est si sensible qu’il nécessite un traitement « avec le plus grand soin possible ». Pour Léandre Bassolé, « c’est n’est pas le nombre des militaires et policiers radiés en 2011 (plus de 5000) qui est important mais, c’est l’esprit de réconciliation qui soutient cette démarche du HCRUN ».

On pourrait donc espérer une issue heureuse dans le dénouement de ce dossier des militaires et policiers radiés suite à la mutinerie de 2011.

DCI/PM

 

Fasozine