Dossier Thomas Sankara : J’espère que le mandat d’arrêt international qui a été émis contre Blaise sera exécuté, s’il ne vient pas repondre (Me Proper Farama)

31

« Comme vous le constatez, le dossier est compliqué. Mais face aux réticences, il y a la résistance et la persévérance des familles et des avocats constitués » a déclaré lundi lors d’une conférence de presse Me Bénéwendé Sankara avocat de la Famille de Thomas Sankara.

Lors de cette sortie a eu pour de faire le point sur l’évolution du dossier Thomas Sankara, le collectif a d’entrée de jeu indiqué que dossier avance. « L’interrogatoire au fond se fait il y a des confrontations qui se font, il y a de nouvelles inculpations qui se font au jour le jour et nous sommes en train de demander au juge de tout faire pour exécuter les différents mandants qui ont été émis » selon Me Benewendé Sankara, avocat de la famille Sankara.

Et qu’en est-il des restes de Thomas ?

A cette interrogation l’avocat de la famille indique que les restes sont entre les mains de la justice pour la seule raison qu’après les exhumations, le juge a commandé 3 types d’expertises. « D’abord il a demandé l’enquête balistique qui permettra de savoir quel type d’arme a été utilisé pour commettre le crime, ensuite l’autopsie qui est fondamentale, et l’ADN » dit-il.

Et pour parler de la place de l’expertise ADN dans la procédure d’instruction, Me Prosper Farama rassure: « c’est faux de faire aux gens qu’en droit pour établir la responsabilité pénale d’un auteur présumé il faille établir une responsabilité ADN. En matière pénale les éléments de preuve se font par tous moyens, et les faisceaux d’indice sont dans le dossier sont à notre avis suffisants pour aller en procès ».

Blaise Compaoré, un personnage clé

« Il serait bon pour tout le monde, pour la conscience collective Burkinabè pour Blaise Compaoré lui-même, et même ses supporters qu’il puisse venir au Burkina et être entendu par la justice, qu’il puisse se défendre et donner sa version » lance Me Prosper Farama. Pour lui, il ne faudra pas qu’on dise après qu’il y a un jugement qui a été fait et qu’on n’a pas respecté les droits des uns et des autres. « Blaise Compaoré sera jugé sur la base des éléments qu’il y dans le dossier s’il refuse de venir se défendre. J’espère que le mandat qui a été émis s’il refuse volontairement de venir se défendre sera exécuté parce que la côte d’Ivoire et le Burkina sont des états de droit, et les états de droit respectent les principes de droits » ajoute l’avocat.

Des mandats d’arrêt internationaux ont été émis contre Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando et ils font l’objet d’une procédure d’extradition depuis les 7 et 11 mars 2016.

Source : Omegabf.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici