Don d’ambulance dans la commune rurale de Diabo : « A César, ce qui est à César », clarifie Simon Compaoré

154

Don d’ambulance dans la commune rurale de Diabo : « A César, ce qui est à César », clarifie Simon Compaoré

Une ambulance médicalisée flambant neuve, prête à assurer les évacuations sanitaires à partir de Diabo vers Fada N’Gourma ou Ouagadougou : le cri de cœur des femmes de Diabo, lancé en mai 2016, lors de la campagne pour les élections municipales, a été entendu par un fils de la localité Félix Kiéma. C’est donc un ouf de soulagement pour les 40 000 âmes de la commune mais surtout pour le ministre de la sécurité, Simon Compaoré, qui avait promis de tout mettre en œuvre pour que Diabo soit dotée d’une ambulance. Profitant donc de sa tournée de quatre jours dans la région de l’Est à la rencontre des forces de sécurité, Simon Compaoré a fait escale à Diabo, l’une des six communes de la province du Gourma, pour présider la cérémonie de remise des clés de l’ambulance.

Le ministre lève l’équivoque

Don d’ambulance dans la commune rurale de Diabo : « A César, ce qui est à César », clarifie Simon CompaoréA travers le mot introductif du maitre de cérémonie et les différents discours prononcés, tout portait à croire que le ministre de la Sécurité était le généreux donateur de cette ambulance dont l’arrivée avait mobilisé les fils et filles de Diabo dans l’enceinte de la mairie. « Quelque fois en écoutant, on peut se poser des questions, mais je vais être très clair pour qu’à la fin de la cérémonie, il n’y ait pas l’ombre d’un doute sur la nature et le contenu de cette cérémonie », a déclaré Simon Compaoré avant de lever l’équivoque. A l’en croire, c’est lors de la campagne pour les municipales, que les femmes ont sollicité son appui pour la dotation du centre médical en ambulance. Et il se souvient avoir dit aux populations que si le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) remportait la mairie, il ferait tout pour satisfaire cette doléance.

Don d’ambulance dans la commune rurale de Diabo : « A César, ce qui est à César », clarifie Simon Compaoré
Félix Kiéma, donateur de l’ambulance et directeur général de Kipress

La victoire remportée, c’est alors qu’un de ses collaborateurs a posé la préoccupation à Félix Kiéma, fils de la localité et responsable de Kipress, une société spécialisée dans la vente de matériel de sécurité, de drones, d’aéronefs et dans la formation de pilotes. « Voilà comment s’est dénoué ma préoccupation sans être celui-là qui a apporté l’ambulance. Il faut rendre à César ce qui est à César. (…) C’est M. Kiéma qui a apporté l’ambulance. Il me l’a remise pour que je la remette aux femmes », a insisté Simon Compaoré.

Une ambulance pour 11 CSPS

Don d’ambulance dans la commune rurale de Diabo : « A César, ce qui est à César », clarifie Simon Compaoré
Une vue de la population

Outre l’ambulance et les consommables médicaux du donateur, Félix Kiéma, le conseil municipal présidé par Ousmane Boly a fait don d’une motocyclette au Centre médical. Tous ces dons viennent à point nommé, selon Dr Sandrine Bienvenue Sam, l’unique médecin de l’aire sanitaire de Diabo. A l’en croire, le personnel soignant vivait un calvaire depuis la mise sur cale de la première ambulance suite à un accident de la route. Le centre médical était obligé de recourir à l’ambulance du District sanitaire de Fada, à 40 minutes de route de Diabo, sans compter que le CSPS (il y en a 11 au total dans la commune) le plus éloigné de Diabo ville se trouve à 25km. Cette nouvelle ambulance permettra donc de desservir l’aire sanitaire en soins de qualité en assurant l’évacuation, notamment des femmes enceintes, des personnes anémiées, des blessés dans un état nécessitant une intervention chirurgicale, etc.

Don d’ambulance dans la commune rurale de Diabo : « A César, ce qui est à César », clarifie Simon Compaoré
Pour Mme Abibata Kaboré, l’ambulance permettra de soulager de nombreuses familles

Même si la présence de l’ambulance permettra de soulager de nombreuses familles, Mme Abibata Kaboré, présidente de la coordination des femmes de Diabo, a indiqué que le souhait des populations est de voir cette ambulance évacuer moins de malades. Et elle a rassuré de l’engagement des femmes de travailler en collaboration avec le personnel médical et les autorités communales pour l’entretien du matériel roulant. En attendant, le Simon Compaoré a remis au maire un bon de carburant d’une valeur de 500 000 F CFA. Un geste suivi par le Directeur général de M’Zaka Sécurité, Romaric Sondo, qui a remis un bon de 100 000 F CFA.

S.O.S

Don d’ambulance dans la commune rurale de Diabo : « A César, ce qui est à César », clarifie Simon Compaoré
Policiers et gendarmes ont également eu leurs parts

Outre cette remise de dons au centre médical, notons que les policiers et les gendarmes ont reçu de la part d’autres bonnes volontés du matériel de sécurité composé de menottes, de ceinturons, de gaz lacrymogène et de matraques. Pour ce qui est du commissariat de police et la brigade de gendarmerie qui croulent sous le poids de l’âge, le ministre de la sécurité a indiqué qu’ils ne répondent pas aux normes et que la proposition de reconstruction de ces deux infrastructures, faite par le représentant du donateur, Prosper Kiéma, et les autorités locales, sera examinée et transmise à qui de droit.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Lefaso.net