Diplomatie burkinabè : Orientée vers l’extérieur sans oublier l’intérieur

153

Un bilan à mi-parcours pour revisiter le programme des activités 2018 afin de l’ajuster aux capacités opérationnelles du ministère après sa scission, tel est l’objectif du premier Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) du ministère des affaires étrangères et de la coopération. Un CASEM qui se veut dans la réflexion sur la politique étrangère du Burkina et la coopération décentralisée. D’où le thème : « Diplomatie et coopération décentralisée » et sa délocalisation dans la ville de Léo à une centaine de kilomètres de Ouagadougou pour les 16 et 17 juillet 2018.

«Un bilan très positif … aux résultats visibles », c’est ce que laisse entendre le ministre de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry, à la mi- année 2018.

Sa diplomatie, dit-il, est celle qui fait bouger les lignes et qui engrange des résultats. En témoignent les actions menées par le pays dans la sous-région et  la visite de plusieurs personnalités, notamment le Président français, le Prince de Monaco, l’émir du Qatar, la visite du Vice -premier ministre chinois avec de nombreuses annonces faites et des perspectives.

«Nous avons eu des résultats qu’on ne pensait pas avoir au niveau du PNDES avec une bonne mobilisation, et le ministère des affaires étrangères est en avant-garde de tout cela. Le MCA (Millenum challenge account), qui est assez important parce que c’est rare qu’un pays puisse obtenir le MCA deux fois, mais le Burkina  l’a obtenu. C’est donc une victoire de la diplomatie burkinabè », apprécie-t-il.

Pour lui, finie cette diplomatie de médiation, qui, d’ailleurs, «nous a laissé beaucoup de dettes qu’on est en train d’éponger et  nous a créé d’autres types de problèmes que je ne souhaite pas évoquer ici ».

Même si médiation il y a toujours, reconnait-il,  l’intervention du président Roch Kaboré  dans certaines crises «se fait, dit-il, de façon discrète et efficace et c’est ça le plus important ».

Pour ce CASEM destiné à définir les actions futures du ministère, le ministre Alpha Barry a rappelé aux participants, les grandes lignes sur lesquelles devront porter les réflexions, notamment la politique étrangère du Burkina Faso comme souhaité par le président du Faso à sa dernière rencontre avec les ambassadeurs.

Diplomatie burkinabè : Orientée vers l’extérieur sans oublier l’intérieur
Les participants au CASEM

Il s’agit de la consolidation de la place du Burkina en Afrique et dans le monde, du renforcement de la coopération bilatérale et multilatérale, de la réalisation de l’intégration régionale et sous régionale et de la promotion de la paix et de la sécurité.

Définissant son action diplomatique qui est aussi de contribuer au développement harmonieux du pays avec un plan bien défini dans le PNDES, il a exhorté ses collaborateurs à mettre en exergue le rôle « méconnu et sous-estimé » de son département dans la coopération décentralisée.

« Il y a la coopération entre Etats mais il y a cette autre forme de coopération qui est celle des collectivités et également celle des associations de développement qui, parfois, sont des petits montants, de petits objets qu’on apporte à une commune, à une association. Mais l’ensemble mis bout à bout représente un volume d’argent, de matériels assez  important pour le développement du pays. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre un accent sur cette coopération assez importante pour le ministère des affaires étrangères  et de la coopération », explique le ministre.

Une initiative saluée par le maire de la commune de Léo, Abdoul Nébié, car pour lui, nul ne peut  ignorer l’importance de la coopération décentralisée dans le développement local à travers les jumelage et partenariat.

Revelyn SOME

Burkina24

Burkina24.com