Dialogue politique : « Ce jeu de préalable du CFOP nous laisse interrogatifs »

153

L’alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) a décrypté l’actualité nationale ce lundi 29 avril 2019 à Ouagadougou. Quatre points étaient à l’ordre du jour des échanges. Il s’agit, entre autres, du dialogue politique annoncé par le gouvernement, les mesures gouvernementales qui ont permis le dénouement de la crise des agents au ministère des finances, des rumeurs sur la négociation de l’Etat avec les terroristes et enfin des réactions sur l’attitude des acteurs politiques, notamment de l’opposition.

Sur le dialogue politique annoncé par le gouvernement, l’alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) a estimé que le Chef de l’Etat peut consulter l’opposition politique sans conditions dans l’intérêt de la nation. Cependant, l’APMP a fait savoir qu’elle est surprise lorsque l’opposition politique parle des préalables à ce dialogue.

« Ce jeu de préalable du CFOP nous laisse interrogatifs sur sa réelle volonté de participer à la discussion si celle-ci ne devrait pas lui servir d’occasion à une agitation politicienne. Au demeurant, l’APMP faisant le constat qu’il n’existe pas au Burkina Faso aucune crise politique ou institutionnelle susceptible de provoquer la tenue d’instances souveraines ad-hoc, estime qu’il faut tenir ce dialogue politique dans les conditions du débat républicain normal, tel que prescrit par la loi fondamentale et les lois en vigueur », a déclaré le coordonnateur de l’APMP, Clémént Sawadogo.

Lire également👉 Dialogue politique : «L’opposition n’est pas prête à aller causer de tout et de rien »

Concernant la négociation supposée du gouvernement avec les terroristes, l’APMP a lancé que « ce n’est pas au moment où l’action des forces de défense et sécurité (FDS) produit des résultats que le Président du Faso va changer sa stratégie ». L’APMP a fait comprendre être surprise de voir des opposants se livrer à « une danse de mauvais goût autour de cette affaire ».

« Notre surprise est d’autant plus grande que paradoxalement, les mêmes sont les amis et alliés politiques et stratégiques de militaro-politiciens de l’ancien régime déchu qui ont « dealé » au grand  jour en son temps et continuent certainement de « dealer » dans l’ombre avec ces seigneurs de la mort », a Clément Sawadogo. Selon l’APMP, il n’y a pas un seul pays au monde où des négociations ont mis fin aux agressions terroristes.  

Jules César KABORE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici