Dialogue Etat/secteur privé : 43 recommandations sur 45 mises en œuvre

32
Dialogue Etat/secteur privé : 43 recommandations sur 45 mises en œuvre

Le comité de pilotage du cadre de concertation pour le dialogue Etat/secteur privé a tenu ce 16 septembre 2019 à Ouagadougou sa deuxième session. Avec à l’ordre du jour l’évaluation de la mise en œuvre des recommandations et engagements issus de la précédente session. Au terme des échanges, les partenaires notent une prise en compte de plusieurs recommandations.

La deuxième session du comité de pilotage du cadre de concertation pour le dialogue Etat/secteur privé (CODESP) a connu quelques avancées. Et c’est un partenaire du secteur privé qui en est ressorti satisfait. En effet, sur 45 préoccupations évoquées lors de la première session du comité de pilotage du (CODESP), 43 ont atteint des niveaux de mise en œuvre importants. Et deux attendent d’être mises en œuvre.


Celles-ci concernent notamment la mise en œuvre du fonds minier et l’accès des petites et moyennes entreprises (PME) et du secteur de l’artisanat à la commande publique. Pour leur effectivité, les dispositions au niveau des départements impliqués sont en train d’être prises, rassure le président du comité de pilotage, Harouna Kaboré.

Il indique que « toutes les mesures sont en train d’être prises pour que les mairies entrent en possession de leurs droits dans le cadre du fonds minier ». De même, « des instructions ont été très claires pour que nous puissions mettre en œuvre les arrêtés pris pour que les PME et le secteur de l’artisanat bénéficient de l’accès à la commande publique », rassure le ministre en charge du Commerce.


Cette session s’est par ailleurs penchée sur les perspectives pour les rencontres sectorielles Etat/secteur privé, en prélude à la rencontre nationale Etat/secteur privé prévue les 14 et 15 Octobre 2019 à Bobo- Dioulasso. Pour ce faire, la session devra tenir des rencontres afin d’évacuer les dernières préoccupations toujours en suspens.

Un secteur privé en difficulté

Si cette rencontre a pour objectif de répondre aux préoccupations soulevées par le secteur privé, il n’en demeure pas moins que la réalité reste peu reluisante. En fait, le secteur souffre de l’absence de ce type de cadre de rencontre avec le gouvernement puisqu’il dispose de réponses adéquates à certaines préoccupations.


A titre d’exemple, « le secteur du BTP est en train de sombrer », selon les témoignages de Sekou Oumar Doumbia, vice-président en charge des services de la Chambre de commerce de l’industrie et de l’artisanat. En attendant la rencontre nationale, les prochaines rencontres sectorielles ( les 17, 23 et 24 septembre 2019) devront en principe se tenir sur fond d’avancées en termes de mise en œuvre de ces recommandations, conformément aux échéances proposées par le secteur privé et les instructions du premier ministère.

Mariam Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici