Développement : Le FMI satisfait des performances du Burkina Faso

140

Le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA, a reçu en audience une délégation du Fonds monétaire international (FMI), le lundi 10 avril 2017. Conduite par son directeur adjoint du département Afrique, Dominique DESRUELLE, la délégation a échangé avec le chef du gouvernement autour du programme soutenu par l’institution de Bretton Woods. Elle a jugé les résultats de l’année précédente excellents.

Le Burkina Faso enregistre une bonne performance dans l’exécution du programme du Fonds monétaire international (FMI). C’est du moins le sentiment du directeur adjoint du département Afrique du FMI, Dominique DESRUELLE, qui l’a soutenu à l’issue d’une audience qu’il a eue avec le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA, le lundi 10 avril 2017.

« Ce qu’on a constaté récemment c’est un regain des perspectives de croissance, des chiffres qui sont assez bons. Dans le futur, on aimerait toujours avoir plus de croissance. Les chiffres sont très bons dans un cadre macroéconomique qui est stable. Au niveau des finances publiques, il y a une inflation qui est assez basse et qui bénéficie au pouvoir d’achat des ménages et qui donne des bonnes perspectives…. Les conditions sont vraiment réunies pour se dire comment est-ce qu’on peut faire un saut qualitatif important au cours des années à venir en termes de croissance », a déclaré M. DESRUELLE.

Du Plan national de développement économique et social (PNDES), il en a également été question au cours de l’audience. Le directeur adjoint du département Afrique estime que les grandes lignes du nouveau référentiel de développement du Burkina Faso sont tout à fait dans le bon sens. M. DESRUELLE a évoqué les perspectives futures et en particulier le concours que pourrait apporter le FMI à la mise en œuvre du PNDES. En ce qui concerne la question, il a indiqué que le l’institution peut aider à la mise en place du cadre macroéconomique qui sous-tend la mise en place du PNDES et de mettre en place un cadre économique permettant d’avoir plus de place pour les dépenses d’investissement.

DCI/PM

Bayiri.com