Dette publique: le régime Biya va emprunter 1260 milliards en 2019

139
Couple Paul Biya Dion Ngute

Un rapport produit en 2018 par le Comité National de la dette publique estime les besoins d’endettement du Cameroun à 1260 milliards de FCFA pour le compte de l’année en cours. Des ressources qui seront mobilisées auprès des habituels bailleurs de fonds bilatéraux et commerciaux du Cameroun. Révèlent nos confrères du Bihebdomadaire Repères en kiosque ce lundi 29 avril 2019. Ledit rapport, précise également que le Cameroun compte diversifier son mode d’emprunt. En ce qui concerne la réalisation des projets dans les secteurs énergétiques, routiers, portuaire et l’approvisionnement en eau potable les emprunts se feront auprès du premier partenaire bilatéral et commercial du Cameroun, la Chine. La Turquie, l’Italie, la Standard Chartered Londres, la BCME Bank seront également sollicités pour l’achèvement des travaux de construction des infrastructures liées à l’organisation de la CAN 2019. Les groupes de la Banque Africaine de Développement, la Banque Islamique de Développement et la Banque Mondiale quant à elles, combleront les besoins de financements du Cameroun dans le cadre de la realisation des projets sociaux ainsi que ceux visant à étendre le réseau routier camerounais.

A en croire des données du CNDP 2018 relayées par le Journal de Feu Richard Touna  » la politique de mobilisation de nouveaux financements en 2019 sera axée sur la sélection des projets ayant un caractère prioritaire et la signature de nouveaux prêts dont les termes de conditions permettront d’améliorer le profil des couts et risque du portefeuille de la dette. Ainsi, la préférence sera accordée aux prêts assortis d’une maturité d’au moins 15 ans, suivant les orientations en matière de mobilisation des ressources concessionnelles. Les financements à court terme ne sont pas inclus dans ce plafond d’endettement, base engagement »

Pour finir, le rapport 2018 du CNDP se referme sur des recommandations «le gouvernement devait veiller à la qualité de l’endettement et de la dépense publique à travers une démarche optimale dans la planification, la programmation et la priorisation de projets d’investissements publics dans le moyen terme, en fonction de leur maturation ainsi que leur rentabilité socio-économique et financière; et le bon choix des instruments de financements à mobiliser auprès des partenaires techniques et financiers compatibles avec la nature des projets. »

Source : Camerounweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici