Demande de libération conditionnelle de Gbagbo: Le Burkina n’est pas impliqué

53

Le président Roch Marc Christian Kaboré,  Jeune Afrique, ce mercredi 17 mai, a donné sa position concernant la récente démarche conjointe de ses pairs socialistes de la région afin d’obtenir la libération conditionnelle de Laurent Gbagbo.

En janvier dernier, en marge du sommet Afrique-France de Bamako, Mali, les Présidents socialistes de la région Ouest-africaine, à l’initiative du Chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, ont rencontré le président français d’alors, François Hollande pour négocier la demande de libération conditionnelle de Laurent Gbagbo, qui comparaît devant la Cour pénale internationale pour entre autres, crime contre l’humanité.

Selon Jeune Afrique, le Président burkinabè n’est aucunement associé à cette démarche.

La raison en est que « vu la façon dont les Burkinabè de Côte d’Ivoire ont été traités par le régime Gbagbo, vous n’imaginez pas le président Kaboré demander sa libération ! » aurait expliqué l’un des proches du Chef de l’Etat burkinabè.

Selon le magazine panafricain, le Chef de l’Etat burkinabè « en a simplement été informé, lors du sommet, par son homologue guinéen Alpha Condé ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Burkina24.com