Délestages à Ouaga : Un système d’alerte préventive nommé « Antidélestron »

94

Récolter les données pour les mettre à la disposition de ceux qui en ont besoin dans le souci de produire de la connaissance utile à tous. C’est le crédo de Open Burkina. L’un de ses défis actuels : cartographier le plan de délestage de la SONABEL, collecter les données terrain sur les coupures de courant et mettre en place un système d’alerte préventive sur les délestages.

« Dans la ville de Ouagadougou en particulier, les coupures de courant sont assez récurrents, surtout pendant la période de grande chaleur. Cela cause d’énormes problèmes aux consommateurs et représente un risque important aux efforts de développement de la ville. On ne sait pas quand-est-ce que le courant se coupe ou revient. En réalité, on ne sait même pas pourquoi il y a des délestages », a analysé le Coordonnateur de Open Burkina, Idriss Tinto.

Les membres de Open Burkina estiment que les données d’institutions doivent être ouvertes pour des questions de transparence, de redevabilité et de participation citoyenne. Open Burkina, autogéré bénévolement par ses membres, mène plusieurs projets en rapport avec le numérique et l’ouverture des données : suivi des marchés publics, suivi du PNDES, data journalisme, amélioration de la circulation routière, etc. « Antidélestron » fait partie de ces projets. La solution pour une efficacité énergétique a été présentée ce 14 octobre 2017.

« Il s’agit de proposer un système qui permettra de notifier par SMS les résidents d’une zone du prochain délestage de la fourniture du courant, tout en les invitant à réduire leur consommation dans l’optique d’éviter l’atteinte du seuil de la capacité de fourniture de la SONABEL. Nous espérons que ce système permettra de réguler la consommation de l’électricité de façon citoyenne et d’éviter les coupures suite à des délestages », a expliqué Idriss Tinto.

Délestages à Ouaga : Un système d’alerte préventive nommé « Antidélestron »

Démarré en septembre dernier, le projet s’appuie notamment sur le programme de délestage publié par la SONABEL. Une cinquantaine de capteurs seront installés à travers Ouagadougou. Trois équipes (Collecte des données, Conception des capteurs et Développement d’Apps) conduiront l’initiative. Le projet a été d’abord présenté au concours des innovateurs de la donnée en Afrique lancé par Open Data Institute (ODI) en juin 2017.

Plus de 80 projets issus des pays africains ont candidaté. « Antidélestron » a été sélectionné et fait partie des trois projets lauréats. Il bénéficie d’un financement d’environ 4.200.000 F CFA pour une durée de trois mois. Selon Idriss Tinto, pour sa mise en œuvre, Open Burkina travaille actuellement en étroite collaboration avec la SONABEL, l’IGB, l’ANPTIC, Nos3S et la Mairie de Ouagadougou.

Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com