Cybercriminalité : SM Protection renforce les capacités des acteurs TIC

147

Les facilités qu’offre internet, expose aussi à des risques élevés. Cependant des moyens de minimiser les attaques ou de se protéger existent. L’entreprise SM Protection, spécialisée dans la protection informatique basée au Canada, lance un programme de formation professionnelle destiné au public burkinabè pour renforcer la lutte contre les cyber-menaces et la cybercriminalité. Plusieurs offres de service ont été présentées à cet effet aux professionnels des technologies, des autorités et responsables d’institutions publiques et privées le jeudi 7 septembre à Ouagadougou.

Architecture et conception de système sécuritaire, conseils stratégiques, management, audit et certification sont entre autres offres de services de SM Protection.

Le programme de certification professionnelle présenté le 7 septembre 2017 est le module développé au  Burkina particulièrement pour outiller les acteurs professionnels à avoir les connaissances appropriées et les bonnes pratiques dans les différents domaines informatiques.

Les formations vont de l’initiation aux bonnes pratiques de sécurité à comment apprécier les risques, la sécurité des applications, la gestion des risques, les tests d’intrusion, en investigation et externalisation de l’informatique, la gestion des actifs, la continuité des activités après une catastrophe et la reprise des activités.

Presentation des offres de formation de SM Protection

En tout, le programme compte 33 modules de formation pour 33 normes ISO pour les différents domaines de sécurité informatique, la qualité, l’environnement et la santé.

Ces formations visent à outiller les professionnels des technologies de l’information à affronter les menaces et les accompagner à aller vers une démarche qualité et une démarche d’amélioration continue de l’ensemble des services.

Cybercriminalité : SM Protection renforce les capacités des acteurs TIC
Mahamadi Savadogo, architecte de solution en informatique et technologie et président de SM Protection

« Tout système connecté et accessible à distance est susceptible d’attaque et pour ça, il faut renforcer la capacité des acteurs », a dit Mahamadi Savadogo, architecte de solution en informatique et technologie et président de SM Protection.

La cyberattaque, explique-t-il, peut être une fraude informatique, ou qu’on vous envoie un virus qui vous empêche d’accéder à votre ordinateur et qu’on vous demande de payer pour avoir accès ».

Aussi, poursuit-il, « avec l’évolution des technologies, les criminels qu’on retrouvait dans la rue, d’autres se sont retrouvés et développés au niveau informatique. Ces gens vont soit essayer de saboter votre système pour arrêter son fonctionnement, soit essayer de faire des mélanges au niveau de votre système, par exemple dans le système de distribution d’eau de sorte à ce que l’eau ne soit plus potable à la consommation. Ça devient un crime sur la population amenée à consommer cette eau ».

Pour lui, ces formations offres plusieurs avantages, elles permettront à chaque stagiaire d’atteindre un niveau de reconnaissance mondiale, être à égalité avec leur pair à l’international, d’avoir des entreprises concurrentielles que les entreprises à l’étranger, une plus-value, une reconnaissance au niveau professionnel, et bien d’autres.

Cybercriminalité : SM Protection renforce les capacités des acteurs TIC

Une première formation est déjà planifiée et prévue du 9 au 13 octobre 2017 à Bobo-Dioulasso sur la norme ISO 27001 en sécurité de l’information pour les acteurs professionnels au coût individuel de 1.290.000 F cfa. « Un prix revu en deçà du prix habituel du marché pour permettre à plusieurs personnes de vivre l’expérience », dit le président de SM Protection.

Créée en 2015 au Canada, SM Protection, est à sa première formation en Afrique et le choix du Burkina Faso n’est pas un hasard. Le président est d’origine burkinabè : « Je me voyais comme devoir de venir en premier dans mon pays et permettre aux professionnels canadiens de partager leur savoir faire avec les Burkinabè dans le secteur des TIC ».

Les participants à la présentation ont eu par la suite droit à une conférence sur la cyber-sécurité et la cybercriminalité.

Revelyn SOME

Burkina24

Burkina24.com