Culture : Ouagadougou vibrera bientôt au rythme de « Soko festival »

62

Culture : Ouagadougou vibrera bientôt au rythme de « Soko festival »

Du 4 au 8 janvier 2018, Ouagadougou vibrera aux sons et couleurs du festival « Soko » (en langue bambara : retour à la source). Après le franc succès des deux précédentes éditions (7 et 8 janvier 2016, 6 au 8 janvier 2017) où pour chacune des éditions 25 groupes de musiciens, principalement burkinabè, se sont produits sur la scène de l’Institut burkinabè, la prochaine promet plus de vibrations positives. La 3e édition placée sous le thème : « l’intégration par la culture », va réunir 50 groupes d’artistes musiciens nationaux, du monde et de pays de l’espace UEMOA (Union économique et monétaire Ouest africaine) tels que le Benin, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Niger. Cela en toute conformité avec le thème de l’édition.

Pour cette 3e édition, en plus de la scène de l’Institut burkinabè, les artistes pourront se produire sur la scène de l’Institut français, de l’espace culturel le Petit Bazar et de l’espace aéré qui fait face au CENASA. Autre innovation majeure pour l’édition de 2018, la production et la promotion d’un album live, ainsi que la tenue d’un atelier d’éveil musical et de contes pour les enfants. Sans oublier l’organisation des Masters classes sur le coaching vocal, la culture musicale et/ou la danse.

Culture : Ouagadougou vibrera bientôt au rythme de « Soko festival »
Le promoteur de Soko festival, Ibrahim Keita

Selon le promoteur du festival, Ibrahim Keita, cette 3e édition est celle de la maturité et c’est ce qui explique les innovations pour sa réussite. Les groupes qui désirent y participer doivent postuler en renseignant des fiches de candidatures qu’ils peuvent retirer auprès du comité d’organisation au 803, cité Azimo, au Petit Bazar, à la radio Gambidi. Ou remplir en ligne en se rendant sur la page Facebook du festival (Soko Festival Burkina).

Culture : Ouagadougou vibrera bientôt au rythme de « Soko festival »
Le maire de Belfort, Damien Meslo (à d.), accompagné de Delphine Mentré

Grâce à un partenariat entre le Festival international des musiques universitaires (FIMU) à Belfort en France et le festival Soko, les groupes peuvent s’attendre à une belle surprise. Selon des critères bien précis, deux groupes seront sélectionnés pour participer à la prochaine édition du FIMU. D’où la présence à cette conférence de presse, du maire de Belfort, Damien Meslo, accompagné de Delphine Mentré, adjointe au maire et organisatrice du FIMU. Pour lui, ce festival se tient depuis plus de 30 ans à Belfort le weekend de la Pentecôte et réunit plus de 100 000 spectateurs. Lors du Soko festival en janvier 2018, des directeurs de scène seront à Ouagadougou pour sélectionner les artistes qui iront jouer au FIMU. Ils feront ensuite une tournée de prestation qui sans doute donnera un coup d’accélérateur à leur carrière.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Lefaso.net