Culture : Le Burkina fait le bilan de la mise en œuvre de la Convention 2005 de l’UNESCO

157
Culture : Le Burkina fait le bilan de la mise en œuvre de la Convention 2005 de l’UNESCO

Ouagadougou abrite, ce jeudi 9 janvier 2020, la Consultation nationale multipartite pour l’élaboration du 3e Rapport périodique quadriennal sur la Convention de 2005. Les participants auront à faire le point des politiques et mesures adoptées et déployées par le Burkina dans le domaine culturel.

Les récentes politiques et mesures gouvernementales dans le domaine culturel à l’heure du bilan. En effet, réunis à Ouagadougou ce jeudi, des représentants de l’administration, des organisations de la société civile et du secteur privé vont faire le point de la mise en œuvre de la Convention de l’UNESCO adoptée en 2005 et ratifiée par le Burkina Faso en 2006.


« Cette convention reconnait aux Etats le droit de prendre des mesures pour protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles et créatives dynamiques et fortes. Elle donne la possibilité aux Etats d’assurer aux artistes, aux professionnels de la culture et aux créateurs ainsi qu’à tous les citoyens, la capacité de créer, de produire, de diffuser et de profiter d’une vaste gamme de biens, de services et d’activités culturels », a relevé Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des arts et du tourisme.


Mise en œuvre en vue d’atteindre les ODD

Après deux premiers rapports (2013 et 2017), le Burkina Faso s’apprête à déposer, le 30 avril 2020, sur les bureaux de l’UNESCO, son troisième rapport sur la mise en œuvre de la convention de 2005. « La production de rapports quadriennaux témoigne du respect des engagements pris par les Etats parties sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 de l’UNESCO », a ajouté le ministre de la Culture. Les experts, une trentaine, qui prennent part à cet atelier auront entre autres à collecter des informations, des données statistiques et à identifier les bonnes pratiques sur les politiques et mesures contribuant à la mise en œuvre de la convention au plan national.


L’élaboration du 3e Rapport intervient au moment où l’Unesco a opté de prendre en compte l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD) dans le respect des termes de la Convention. Pour Abdoul Karim Sango, les experts auront à faire le point de la mise en œuvre de la convention 2005 à travers les politiques, à indiquer la contribution du secteur culturel aux ODD et à dresser un rapport de la société civile sur les initiatives prises par cette dernière en vue de faciliter l’atteinte des ODD.

Ouagadougou, une ville créative de l’UNESCO

En 2017, pour son engagement dans la promotion de l’artisanat et des arts populaires, la commune de Ouagadougou a rejoint le réseau des villes créatives de l’UNESCO. « C’est donc dire qu’en tant que membre du réseau des villes créatives, notre commune œuvre et place la créativité et les industries culturelles au cœur de son plan de développement et collabore activement au niveau international par le biais de partenariats inter-villes créatives », a indiqué Armand Béouindé, maire central de la ville de Ouagadougou.


De par son statut, la capitale s’investit entre autres à réfectionner les ateliers du bronze, procéder à l’aménagement culturel des berges n°2 à Niongsin, concevoir une stratégie de promotion internationale des productions locales de l’artisanat d’art et de design et de développer des résidences croisées ainsi que transformer en biennale le Salon international du bronze et du design de Ouagadougou. Des projets qui, selon le bourgmestre de Ouagadougou, vont contribuer à faire davantage de Ouagadougou une ville culturellement et artistiquement créative.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici