CSC : Les agents formés aux nouvelles orientations de l’institution

192

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) a organisé un séminaire de formation au profit de ses agents, le mercredi 12 octobre 2016 à Ouagadougou. Les nouveaux défis de l’institution ont été, entre autres, l’une des communications de cette rencontre.
Le Conseil supérieur de la communication (CSC) souhaite renforcer son assise institutionnelle dans le cadre de l’exécution de ses missions régaliennes. Pour ce faire, l’instance de régulation a opté de renforcer les capacités de son personnel à travers un séminaire de formation tenue, le mercredi 12 octobre 2016, à Ouagadougou. Selon la présidente du CSC, Nathalie Somé, l’expertise interne du CSC mérite d’être valorisée chaque fois que cela est possible. Cela participe, à l’en croire, à l’ancrage institutionnel du Conseil supérieur de la communication. Les différents responsables qui se sont succédé à la tête de l’organe de régulation ont tous œuvré à établir les fondements d’une institution républicaine, a-t-elle relevé. Il s’agit à présent, a poursuivi Mme Somé, de consolider l’organe, renforcer sa crédibilité et le rapprocher davantage des populations. «Le citoyen burkinabè lambda regarde le CSC de loin jusque-là. Nous devons travailler à ce qu’il comprenne que c’est son institution et qu’il se l’approprie», a-t-elle expliqué aux participants à la session de formation. Les agents du CSC ont ainsi eu droit à un module de formation sur le plan stratégique 2017-2021 de l’institution et un autre sur les principes de base du concept de bonne gouvernance. Le rapporteur des deux communications, Simon Yaméogo, par ailleurs, chargé de missions auprès de la présidence du CSC, a passé en revue les grandes articulations de ce plan stratégique, ses orientations, la vision qui s’en dégage ainsi que le coût. Dans ce cadre, il a souligné que cette entreprise se décline en deux axes que sont, d’une part, l’optimisation du secteur de la communication au Burkina Faso et de l’autre, le développement institutionnel de l’organe régulateur. « En termes de perfectionnement, il s’agit d’impacter les actions des entreprises de presse et des agents communicateurs pour améliorer leurs prestations professionnelles et leur responsabilité sociale », a-t-il détaillé. Cette action, en perspectives, se fonde sur les valeurs essentielles de compétence, de rigueur, de loyauté, de solidarité et de responsabilité des agents du CSC, a-t-il fait savoir. Prévu pour être mis en œuvre à partir de janvier 2017 avec l’appui du gouvernement et des partenaires de l’institution, le plan stratégique 2017-2021 nécessite de mobiliser près de 9 milliards de francs CFA, a conclu le chargé de missions.
Fabé Mamadou OUATTARA

sidwaya.bf