Crise à l’UPC : Les militants entendent « intensifier les visites inopinées aux députés traîtres » pour récupérer leurs mandats

63

Crise à l’UPC : Les militants entendent « intensifier les visites inopinées aux députés traîtres » pour récupérer leurs mandats

Ce sont des militants visiblement remontés qui ont rencontré la presse pour parler de ce qu’il convient désormais d’appeler, ‘’la guerre des sièges à l’Assemblée nationale’’. Militants de base, comme ils se font appeler, ils estiment que ce sont eux « qui ont saigné, souffert, dépensé et battu campagne pour que des individus, hier méconnus du grand public, deviennent des députés sous l’étiquette de l’UPC ».

Selon un des animateurs de la conférence de presse, quand il s’est agi de battre campagne, certains candidats n’étaient même pas à mesure d’acheter de l’eau pour le meeting, et ce sont les militants au siège du parti qui se sont cotisés pour les aider.

Alors Jean-Léonard Bouda qui a lu la déclaration et ses camarades estiment que 13 des députés du parti en décidant de créer un groupe parlementaire parallèle, ont simplement joué les judas Iscariote. « …Ils ont trahi le peuple. Ils ont vendu le suffrage du peuple électeur, pour leurs intérêts égoïstes et purement alimentaires. Et cela, nous ne saurons le tolérer ».

En décidant de retourner leurs vestes, Daouda Simboro et les 12 autres, devraient, selon les conférenciers, aller au bout de leur logique en quittant le parti. Mais s’ils ne l’ont pas fait, ont poursuivi les animateurs de la conférence de presse, c’est simplement pour ne pas perdre leurs avantages (émoluments, voitures de fonctions, missions grassement payées, privilèges divers).

Une marche le 12 Octobre

Crise à l’UPC : Les militants entendent « intensifier les visites inopinées aux députés traîtres » pour récupérer leurs mandatsSe sentant alors dupés, les militants ont annoncé des mesures, pour disent-ils, récupérer leurs mandats. C’est dans cette démarche qu’une marche pacifique est prévue à l’Assemblée nationale le 12 octobre prochain, pour livrer un message au chef du Parlement.

Le même jour, devant les hauts commissariats des provinces originaires des députés sécessionnistes, il y aura des remises de lettres des militants. Il s’agit de la Tapoa, de la Comoé, du Poni, du Kénédougou, de la Gnagna, du Tuy, de la Léraba, de la Komondjari, de la Kossi, du Boulgou et de la Kompienga.

D’autres manifestations auront lieu dans les secteurs et arrondissements de Ouagadougou, ainsi que dans les autres villes concernées, a ajouté Jean-Léonard Bouda. Il a par ailleurs précisé que « les visites inopinées aux députés traîtres vont s’intensifier afin de leur dire pacifiquement notre détermination à récupérer nos mandats ». Selon les mécontents, il ne sera exercé sur les députés, aucune violence. Ils ont ainsi rejeté les supposées menaces exercées sur certains députés à leurs domiciles.

D’autres actions pourraient venir, et cela dépendra de la position du président de l’Assemblée nationale Balla Sakandé et de celle des députés incriminés.
Si malgré toutes ces initiatives, ils n’ont pas gain de cause, les militants auraient fait ce qu’ils estiment comme un devoir : Travailler pour le respect du suffrage des militants. Le reste appartiendra aux instances dirigeantes du parti, pensent les conférenciers.
« Nous allons récupérer les mandats vaille que vaille », reste pourtant convaincu Jean-Bosco Bossou.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Lefaso.net