Coup de gueule : « Débarqué d’un vol parce qu’un agent doute de l’authenticité de mon Visa »

747

Dans ce coup de gueule parvenu à notre rédaction, Malick Lingani raconte ses déboires à l’aéroport de Ouagadougou. En partance pour le Brésil où il ira représenter le Burkina à un évènement scientifique, le jeune Burkinabè  affirme avoir raté son vol parce qu’un agent a douté de son visa. Ce doute levé, Malick Lingani ne comprend pas pourquoi il n’a pas été question d’une quelconque réparation. Suivez donc son récit.

 J’étais en partance pour le Brésil pour prendre part au 2016 School of Data Summer Camp. A l’aéroport de Ouagadougou, comme à l’accoutumée, un collègue vient me dire au revoir et c’est le moment de discuter de l’agenda du voyage mais aussi de la gestion des instances courantes.

Je rentre à l’aéroport, à l’accueil une jeune policière remplit pour moi le coupon de l’immigration, puis je passe au check-in. Après, c’était au tour de l’agent de l’immigration pour laisser les empreintes digitales avant de passer au contrôle des bagages pour l’entrée en salle d’embarquement. De toutes les étapes précédentes, sauf le check-in,  tout s’est fait de façon désintéressée.  Je me disais être enfin sorti des tentatives d’arnaque de nos agents de police. Mais en fait, c’en était fini pour ce volet, mais le plus dur restait à venir.

Quand l’annonce de l’embarquement fut faite et que nous étions en rang, je ne savais pas qu’à mon tour, un dernier agent au bout de la queue avait pouvoir de décider qui embarque ou pas.

En effet, l’agent est chargé d’authentifier les Visas des passagers avant embarquement. Avec une boule dont il colle un bout à son œil gauche et l’autre sur mon passeport, l’expert m’indiqua de me mettre de  côté.

Après avoir fini avec tous les autres passagers, il me revient pour me dire que mon cas nécessitait plus de vérification. Je m’assis calmement pendant 5 minutes alors que l’expert scrutait toujours mon Visa avec sa boule.

Je l’approchai pour lui suggérer d’appeler le consulat du Brésil. En ce moment, il me rétorqua qu’eux ont leurs procédures. Soudain, il ordonna  à la compagnie de débarquer mes bagages. La jeune dame hocha la tête sans dire mot. L’autorité avait parlé.

J’insistai pour qu’il soit plus « smart » dans ses pratique mes hélas ! L’avion avait déjà décollé. L’agent tourna dans les allées toujours avec mon passeport dans sa main. Longtemps après, 15 minutes environ, il me revient pour me dire de laisser mon numéro de téléphone et qu’après vérification, ils me rappelleront.

Vu son comportement, je demandai à voir le Commissaire en poste pour mieux comprendre ma situation. Il me conduit chez un agent qui me signifiait que c’est le vécu qui justifie leurs agissements. Avant d’ajouter que cela faisait partie de leur travail et qu’ils utiliseront les moyens à leur disposition pour traiter mon dossier le plus vite possible.

Une heure après anxieux, je repars pour voir le commissaire, c’est naturellement que je rentre au secrétariat pour demander qu’on m’y introduise. Là, un agent me dit que le commissaire est sorti. Je lui explique qu’il était question d’une vérification de visa.

Il m’indiqua le bureau où on m’avait conduit auparavant. Ce Monsieur est peut-être un commissaire circonstanciel, bref mon objectif c’est d’arriver au Brésil. Je m’assis dans ce bureau 30 minutes avant qu’un autre agent ne rentre dans le bureau, tout transpirant avec mon passeport et un bout de papier certifiant que mon visa est authentique et valide.

 Je m’attendais maintenant à ce qu’on en vienne aux réparations. À ma grande surprise, il me tendit mon passeport et n’informa que mon visa est authentique après vérification. Maintenant, je demande à l’agent de me remettre un PV de l’incident qui me permettrait de me justifier auprès de mes partenaires, et niet (ici responsabilité et redevabilité?).

Je me suis donc demandé à quoi me servira cette vérification quand elle doit seulement me dire ce que je sais.

S’agit-il d’un visa de sortie du Burkina ou d’un Visa d’entrée au Brésil? La  vérification a-t-elle pour but d’empêcher de voyager ? Au 21ème siècle, je suis attristé de voir une boule comme outils de vérification décisive. N’ya-t-il pas d’autres moyens? (…)

En effet, je suis d’autant plus sidéré de voir que le changement de mentalité et le questionnent de soi sont les choses les plus redoutées chez certains de nos compatriotes.

Il est opportun maintenant pour moi de souligner que mon travail au Brésil a pour but de promouvoir la transparence, la responsabilité, la redevabilité et la bonne gouvernance à travers les Données Ouvertes.

Sur plus de 730 candidatures au plan mondial, je fais partie des 9 sélectionnés pour le 2016 School Of Data Fellowship (schoolofdata.org) qui dure 9 mois.

Les Fellows ont pour mission de promouvoir la Data Literacy (Une autre alphabétisation, cette des Données) à travers le monde.

Je suis fier de représenter le Burkina Faso dans cette sphère de l’intelligence de demain. Afin, que l’on ne tire plus jamais dans le noir, que l’on décide dorénavant sur la base des Données plutôt que des Dogmes.

Finalement, je serai au Brésil avec un retard après une journée chaude passée à gérer cet incident sans aide aucune des vérificateurs de Visa.

Malick Lingani, Data Scientist

Burkina24.com