Côte d’Ivoire: La commercialisation de l’anarcade en baisse

1742

Le Conseil du Coton et de l’Anacarde a dans un rapport, obtenu par le correspondant de Burkina24  en Côte d’Ivoire,  fait le point de la commercialisation de la l’anacarde à la date du 6 mai  2016. Il en ressort un net ralentissement avec une quantité qui passe de 553 749 tonnes en août 2015 contre 429 931 tonnes en mai 2016, soit une baisse de 123 931 tonnes (-22%) par rapport à la campagne dernière.

Le point de la commercialisation de la noix de cajou ou encore anacarde, selon le Conseil du coton et de l’anacarde,  a fait « le constat général est un faible rendement de la première floraison. Les perspectives de production demeurent bonnes avec la récolte de la deuxième floraison en cours », explique le rapport qui ajoute que « cette semaine de commercialisation est marquée par une baisse significative des prix bords champs qui passent de 600-625 FCFA/Kg à 450-550 FCFA/Kg bord champ ».

Selon la note, l’on pourrait justifier cette situation par le retrait des financements des exportateurs sur le terrain du fait de la mauvaise qualité des produits disponibles. A cet effet, la note révèle que « la plupart des commerçants et producteurs libèrent leurs stocks par peur d’un écroulement du marché et s’attellent à bien traiter le produit », rassurant que « des stocks importants sont disponibles dans les zones de production ».

La Côte d’Ivoire est depuis 2015, le premier producteur mondial de l’anacarde avec 700 000 tonnes. Seulement 45 000 tonnes sont transformées localement, selon Malamine Sanogo, le Directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant Burkina24 en Côte d’Ivoire.

Burkina24.com