Coopération UNICEF – Burkina : Un nouveau partenariat pour le respect des droits de l’enfant

70

Coopération UNICEF - Burkina : Un nouveau partenariat pour le respect des droits de l’enfant

L’amélioration de l’offre et l’utilisation équitable des services sociaux de base de qualité, le renforcement de la résilience des systèmes de communauté, notamment dans les zones affectées par les crises nutritionnelles et l’insécurité, la promotion de l’égalité de genre à travers des interventions multisectorielles portant en priorité sur l’épanouissement des adolescents, l’élimination des mariages d’enfants et la progression de l’éducation des filles. En se fixant ces objectifs, l’UNICEF et le gouvernement du Burkina Faso veulent offrir de jours meilleurs aux enfants burkinabè. « Les enfant ont besoin de notre aide, maintenant. Et nous pouvons les accompagner à grandir (…). Nous devons aussi les aider à devenir de bons parents. C’est cela, la promotion des droits de l’enfant. Lutter ensemble contre la pauvreté, l’exclusion, l’oubli, le rejet », a signifié la représentante résidente de l’UNICEF, Dr Anne Vincent.

En effet, si des progrès ont été enregistrés ces dernières années en matière de développement, Dr Anne Vincent souligne : « Nous avons fait des progrès dans certains domaines ; dans d’autres, il y a une certaine stagnation. Les choses s’améliorent sur bien de points, mais il reste de très gros défis pour les enfants. Quand on parle de budget national, on n’a pas toujours l’impression que l’enfant est mis au centre des préoccupations ».

Et malgré la performance macroéconomique enregistrée au cours de la dernière décennie, le pays est 185e sur 188, selon l’indice de développement humain de 2016. « La pauvreté multidimensionnelle des enfants est élevée avec 3 enfants sur 5 confrontés à des privations de droits ». Et Dr Anne Vincent de renchérir que les défis du Burkina en matière de développement restent énormes. Ainsi, selon quelques données de l’UNICEF, chaque année, le pays perd environ 2, 6 milliards de son PIB suite aux problèmes de nutrition, 1/3 des enfants est atteint de malnutrition chronique, 8 millions de personnes défèquent à l’air libre, 6 femmes sur 10 n’accouchent pas dans un centre santé en milieu rural.

Réaliser les priorités du gouvernement

A l’instar du précédent programme de coopération 2011-2017, le présent programme s’appuie sur les priorités nationales et internationales, en l’occurrence le Plan national de développement économique et social (PNDES), l’Agenda 2063 de l’Union africaine, et les Objectifs du développement durable (ODD). A ce sujet, Clarisse Ouoba, la directrice de cabinet du ministre de l’économie, a souligné que le dernier programme de coopération 2011-2017, a été d’un apport considérable dans la réalisation de priorités nationales. « Cette coopération qui visait à assurer la protection et la survie de l’enfant, a contribué à l’éducation de qualité pour tous et à la réduction de la vulnérabilité des enfants, avec une optique d’équité, en mettant l’accent sur les plus démunis et les exclus », s’est-elle réjouie.

« Je sais que ce seul programme de 3 ans ne viendra pas à bout de tout. Mais ensemble, commençons », a lancé madame Vincent en soulignant que l’UNICEF est aux côtés du gouvernement burkinabè pour apporter son expertise. Et pour réussir sa mission, l’Agence a convié les différents partenaires du Burkina à être « des avocats » des enfants. Cela sous-entend également, un appui pour mobiliser les 50 millions de dollars US restants du budget pour financer l’exécution du programme. 50 millions de dollars sont déjà disponibles.

Les résultats attendus en 2020

« Un programme dot être assorti d’indicateurs pour voir, où est-ce que nous devons aller » a indiqué Soabou Diallo, directeur général de l’économie et de la planification du ministère de l’économie, soulignant que des résultats sont attendus des différentes composantes du programme.

Dans le domaine de la santé, il s’agit du maintien de la couverture vaccinale à plus de 90%, de l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH dans au moins une région du Burkina Faso.

Le volet protection sociale est relatif au renforcement des mécanismes de protection sociale basée sur la pauvreté multidimensionnelle, la réduction des inégalités de genre et des inégalités territoriales, l’appui de la décentralisation et de la gouvernance locale, pour un développement inclusif.

S’agissant du volet nutrition, on attend une réduction du retard de croissance et de la malnutrition aigüe de 27,3% en 2016 à 25% en 2020, une augmentation de l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois de 55% en 2016 à 70% en 2020.
Concernant la protection de l’enfant, le Burkina souhaite un enregistrement des naissances à l’état civil de 90% et une réduction du mariage des moins de 18 ans de 51,6% à 48%.

Au sujet de l’assainissement et de l’hygiène, 600 communautés devront mettre fin à la défécation à l’air libre, 400 000 personnes devront disposer de latrines et 200 000 personnes d’une source d’eau, d’ici à 2020.
Quant au volet éducation, il est attendu une éducation de base inclusive, équitable et de qualité au préscolaire, primaire et post-primaire, une augmentation du taux de préscolarisation de 1,7% à 3,8% dans les régions du Sahel et de l’Est, et une amélioration du taux d’achèvement du primaire de 39, 8% à 55,9% pour les deux sexes.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Lefaso.net