Contrôle citoyen de l’action publique : Oxfam et ses partenaires font le suivi à Kaya et à Dori

28
CCCC

Le « projet de renforcement du contrôle citoyen des politiques publiques par les OSC pour une gouvernance favorable aux populations du Burkina Faso » est mis en œuvre par Oxfam et ses partenaires. Après une année, des résultats engrangés ont été présentés. A la suite de Tenkodogo, les comités communaux de contrôle citoyen de Kaya et de Dori ont fait le bilan à mi-parcours. C’était respectivement le mercredi 27 et le jeudi 28 novembre 2019.

De plus en plus, la population exprime une forte demande de transparence et de redevabilité sur la gestion des biens publics. C’est ce qui a poussé Oxfam et ses partenaires à mettre en œuvre un projet pour inciter les OSC à un contrôle citoyen de l’action publique. Pour la mise en œuvre du projet, des comités communaux de contrôle citoyen ont été mis en place dans les communes d’intervention. Il s’agit de la commune de Tenkodogo, de Kaya et de Dori.

Lire aussi👉 Contrôle citoyen des politiques publiques par les OSC : Oxfam et ses partenaires font le bilan à mi-parcours à Tenkodogo

Le mercredi 27 novembre 2019, le comité communal de contrôle citoyen (CCCC) de Kaya a présenté son bilan à mi-parcours. Karim Sawadogo, membre du CCCC de Kaya, a précisé qu’il existe une parfaite collaboration avec les autorités locales.

« Depuis la mise en place du CCCC de Kaya, nous avons pu réaliser 9 activités inscrites dans la feuille de route. Il s’agit, entre autres, d’une présentation du comité aux autorités locales, une émission radiophonique, des plaidoyers, une conférence publique sur la cohésion sociale », a-t-il indiqué.

Karim Sawadogo, membre du CCCC de Kaya
Karim Sawadogo, membre du CCCC de KayaKarim Sawadogo, membre du CCCC de Kaya
Karim Sawadogo, membre du CCCC de Kaya

A écouter Karim Sawadogo, les différentes actions menées sur le terrain ont facilité un éveil de conscience des populations. Cependant, il a insisté sur l’insécurité qui a entravé leurs activités.

« Les attroupements ne sont plus autorisés. Il faut éviter de regrouper la population parce que l’on ne sait plus qui est qui. Chacun se méfie de l’autre. On ne se fait plus confiance. Pour regrouper la population, pour expliquer leur rôle dans le développement de la commune, c’est tout un problème», a précisé le membre du comité de Kaya.

Le Régisseur de recettes de la mairie de Kaya, Toussida Sawadogo, a apprécié la mise en place du comité de contrôle citoyen. « Depuis leur (CCCC de Kaya) mise en place, cela nous a permis de sensibiliser les contribuables sur le bien-fondé de s’acquitter des taxes. Le changement de comportement est un processus. Dès lors qu’ils (citoyens) connaissent l’importance de s’acquitter des taxes, c’est déjà une bonne chose », a-t-il ajouté.

Les bénéficiaires des sensibilisations ont aussi salué la mise en place comité. « Cela nous permis de savoir l’importance des taxes pour le développement des communes » a relaté le secrétaire des syndicats des transporteurs de Kaya, Youssouf Sawadogo, bénéficiaire du projet. Par ailleurs, il a sollicité un site pour collecter des taxes communales de stationnement des transporteurs au profit de la commune.

Au niveau de CCCC de Dori, ce sont toujours des actions de plaidoyers pour la prise en compte des populations à la base. « Nous faisons le suivi des actions inscrites dans le budget communal. Des plaidoyers pour que les besoins des communautés soient pris en compte. Nous avons effectué des visites terrain pour des infrastructures réalisées par la commune et profiter faire le plaidoyer pour d’autres réalisations », a expliqué le président du CCCC de Dori, Ousseini Maiga.

CCCC de Dori
CCCC de DoriCCCC de Dori
CCCC de Dori

A l’issue de la tournée dans les trois communes, Justin Yamwemba, responsable du programme citoyenneté active et réduction des inégalités à Oxfam, a fait savoir que le suivi citoyen est possible. A une année de mise en œuvre du projet, il a signifié qu’il était satisfait.

En rappel, le « projet de renforcement du contrôle citoyen des politiques publiques par les OSC pour une gouvernance favorable aux populations du Burkina Faso » est mis en œuvre par plusieurs structures. Il s’agit du Secrétariat Permanent des ONG (SPONG), l’Organisation pour le renforcement des capacités de développement (ORCADE), le Centre d’étude et de recherche appliquée en finances publiques (CERA-FP).

Ce projet bénéficie de l’accompagnement technique et stratégique de Oxfam, en co-financement de l’Union européenne. L’objectif recherché à travers ce projet  est d’inciter le contrôle citoyen au niveau local pour améliorer la gouvernance locale et la gestion des dépenses publiques.

Jules César KABORE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici