Conseil des ministres extraordinaire: De l’internet très haut débit d’ici à 2020

154


En raison d’un ordre du jour non épuisé lors de la dernière séance, un Conseil des ministres extraordinaire s’est tenu, le vendredi 16 octobre 2015, à Ouagadougou. Selon le ministre en charge de l’économie numérique et celui des infrastructures, deux importants projets desdits départements ont été examinés et adoptés.

Des dossiers inscrits à l’ordre du jour du Conseil des ministres du mercredi 14 octobre dernier n’ont pas été examinés. Un Conseil des ministres extraordinaire s’est donc tenu, à cet effet, le vendredi 16 octobre 2015 à Ouagadougou. Le projet portant adoption de la politique sectorielle du ministère en charge des postes a été l’un des dossiers épluchés au cours du conclave gouvernemental. «C’est un dossier important parce que nous venons dans ce cadre de doter le ministère d’un document d’ordre sectoriel qui va permettre à l’ensemble des acteurs de ces deux secteurs d’avoir un document consensuel», a indiqué M. Yaro. L’objectif, a-t-il souligné, est de pouvoir investir dans les infrastructures numériques en vue de permettre aux secteurs des télécommunications et de la poste d’être des vecteurs de croissance et de créateurs d’emplois. En effet, selon le ministre Yaro, le Burkina Faso est l’un des pays africains qui accusent un retard dans l’installation de la fibre optique. A l’en croire, le rapport relatif à la politique sectorielle 2016-2020 et le plan d’actions du Ministère du Développement de l’Economie numérique et des Postes (MDENP) soumis en Conseil des ministres de ce vendredi 16 octobre prennent en compte ce type d’investissements. «Avec la mise en place du comité de suivi-évaluation, nous pensons qu’à l’orée 2020, nous aurons un secteur des télécommunications et de la poste véritablement à la hauteur d’un pays comme le nôtre», a-t-il affirmé, tout en précisant que ledit rapport a été adopté. Même son de cloche chez son collègue du Ministère des Infrastructures, du Désenclavement et des Transports (MIDT), Daouda Traoré. «Notre projet qui portait sur le code d’éthique et de déontologie au sein de notre département a été approuvé», s’est-il réjoui. Ce code qui régit les agents de ce ministère, a-t-il expliqué, prône la bonne gouvernance et permettra de lutter contre la corruption et de règlementer les rapports entre les agents et les usagers. «Sur instruction du gouvernement et pour s’assurer de l’application effective de ce code, nous allons bientôt mettre en place des comités de suivi au niveau central, provincial et régional», a déclaré le ministre Daouda Traoré. A quoi faut-il s’attendre en cas de non-respect de ce code? demande à brûle-pourpoint un journaliste. «Après la phase de vulgarisation et de sensibilisation de ce code d’éthique et de déontologie, nous sanctionnerons les agents fautifs», a répondu le ministre Traoré.

Aubin W. NANA

Bayiri.com