Confusion de genre littéraire : Les écrivains à l’école du BBDA

18

Le Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA) a organisé ce mercredi 11 septembre 2019 une formation à l’intention de ses membres titulaires de droits dans le domaine littéraire. Cette formation a pour objectif de permettre aux écrivains de s’approprier les différents genres littéraires et documentaires et de renforcer leurs capacités opérationnelles sur le droit d’auteur, et sur les techniques de répartition des droits.

Nonobstant l’existence de textes réglementaires encadrant les travaux de la documentation et de la répartition des droits au Burkina, le BBDA fait face à des plaintes de créateurs par rapport à la classification de leurs œuvres et à des réclamations de droits de leur part.

La faute à une méconnaissance de certains auteurs des règles qui s’appliquent à la documentation et à la répartition. « Cela n’est pas forcément lié aux compétences internes du BBDA mais aussi externes par les pratiquants qui n’arrivent pas à nous donner une bonne déclaration des œuvres », foi du Secrétaire Général du BBDA Lanssan Moïse Kohoun. Il explique que souvent il y a des problèmes de qualité des membres, à tel point qu’on n’arrive pas à déterminer qui est auteur de l’œuvre, qui est éditeur ou même le genre.

Pour y remédier, le BBDA s’est résolu à créer une commission technique d’identification des œuvres littéraires et artistiques et un comité de répartition des droits. Ces deux organes dont les membres sont « des professionnels dotés d’une expertise confirmée et d’une probité », vont permettre au BBDA de parer d’une part aux difficultés liées à l’identification des œuvres et d’autre part, à réduire les déclarations inappropriées ou de méprises, les plaintes et les réclamations faites par ses membres.

Au cours de la formation, des cadres de la commission technique d’identification des œuvres littéraires et artistiques et des praticiens de la gestion collective vont partager leur savoir avec les auteurs écrivains. Quatre modules seront dispensés aux participants : les genres littéraires, documentaires et autres, le B-A-BA éditorial, le processus de documentation des membres et des œuvres littéraires et enfin les techniques de répartition des droits dans le domaine littéraire.

« L’éditeur conçoit. Tandis que l’imprimeur exécute… »


Jacques Guengané, Directeur des éditions Découvertes du Burkina

De l’avis de Jacques Guengané, formateur et par ailleurs directeur des éditions Découvertes du Burkina, cette formation est une initiative indispensable parce qu’il y a beaucoup de confusions entre l’imprimeur et l’éditeur. « Il faut que ce soit clair au niveau des uns et des autres que l’éditeur, c’est un peu comme l’architecte, c’est lui qui conçoit. Tandis que l’imprimeur exécute, il ne peut pas changer une seule virgule une fois que l’éditeur a donné le bon à tirer. Les auteurs ne savent pas et certains s’en vont directement chez l’imprimeur et ils viennent déclarer éditeur », explique celui que l’on appelle affectueusement au BBDA, le doyen.

 « Cette formation est vraiment opportune, d’autant que le boom éditorial est évident au Burkina », renchérit Dr. Dramane Konaté (formateur). « Malheureusement, reconnait-il, nous n’avons pas réussi à créer cette société de lecture ». A en croire cet homme de lettres, par ailleurs conseiller technique du ministre en charge de la culture, il arrive que des auteurs après avoir écrit leur œuvre déclare auprès du BBDA que c’est un roman alors qu’il s’agit d’un conte ou vice-versa.


Vue des participants à la formation, au premier plan au centre, l’ancien ministre de la culture Baba Hama

Toujours est-il qu’à la fin de cette formation, les auteurs devraient être édifiés sur les caractéristiques des différents genres littéraire et maîtriser le B-A-BA éditorial et les techniques de répartition des droits entres autres. Toute chose qui va minimiser les plaintes et les réclamations au niveau du BBDA.

Après cette première formation, une autre est prévue le 13 septembre prochain à la direction régionale de l’Ouest du BBDA à Bobo Dioulasso.

Maxime KABORE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici