Confédération paysanne du Faso : Les femmes en atelier d’échanges pour commémorer leur journée

145

Confédération paysanne du Faso : Les femmes en atelier d’échanges pour commémorer leur journée

Placé sous le thème « Place et rôle des femmes dans la gouvernance du 2e programme national du secteur rural (PNSR II) », cet atelier vise plusieurs objectifs. Ce sont entre autres, informer les participants sur le processus de prise en compte du genre dans la planification et la gouvernance du PNSR II, projeter la veille citoyenne du volet genre dudit programme par les membres dans la campagne « cultivons » sous le leadership du collège des femmes de la CPF et faire le point de la prise en compte dans le programme des mesures de la campagne de plaidoyer des femmes rurales en faveur d’un Burkina sans faim.

Confédération paysanne du Faso : Les femmes en atelier d’échanges pour commémorer leur journée
M. Ibarhim A. Diallo, 3e vice-président de la confédération paysanne du Faso

A l’occasion de la cérémonie d’ouverture, le 3e vice-président de la CPF, M. Ibrahim A. Diallo a dans son discours indiqué que l’atelier permettra de voir le rôle et la place de la femme dans le PNSR II. Et dans ce programme, selon lui, les femmes ont demandé la prise en compte de leurs préoccupations au niveau des moyens de production et de la sécurité foncière entre autres. C’est donc une occasion de proposer des actions qui vont permettre d’accroitre leur participation dans la gouvernance du secteur rural, a-t-il confié. Et d’ajouter qu’il faut aussi leur accorder plus de places dans les instances de décision au niveau de la sécurité foncière et des moyens de productions afin d’augmenter leur pouvoir économique.

Confédération paysanne du Faso : Les femmes en atelier d’échanges pour commémorer leur journée
Mme Marie Sia Yaro, vice présidente de la confédération paysanne du Faso

Pour la vice-présidente du collège des femmes de la CPF, Madame Marie Sia/Yaro, l’occasion est donnée au cours de cet atelier de décliner les problèmes des femmes rurales. Selon elle, il faut que l’Etat mette à la disposition des femmes rurales au moins 30 % des terres aménagées afin de leur permettre d’avoir leurs propres terres cultivables. Au-delà de la question foncière, Mme Marie Sia a précisé qu’il faut que l’Etat mette aussi à la disposition des femmes rurales des intrants et des moyens de production.

Résultats attendus

A l’issue de l’atelier, plusieurs résultats sont attendus. Il s’agira pour les participants d’être informés sur le processus de la planification du genre, de la gouvernance et des actions spécifiques prévues dans le PNSR II pour satisfaire les mesures de plaidoyer. Outre ces résultats, il y aura aussi le point sur les différentes mesures et actions en faveur des femmes adoptées dans le PNSR II et l’adoption des recommandations pour une veille efficiente.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Lefaso.net