Concours directs session 2019 : 5 892 postes pour 1 247 501 candidats

42
Concours directs session 2019 : 5 892 postes pour 1 247 501 candidats

L’administration des épreuves des concours directs de la Fonction publique, session de 2019, se déroulera du 18 au 30 septembre 2019, dans les différents centres de composition du Burkina Faso. A quelques heures du début des épreuves, nous avons rencontré certains candidats dans les centres de formation, ce lundi 16 septembre 2019. Ils se disent prêts et confiants.

Ils seront au total 1 247 501 candidats à concourir pour 5 892 postes à pourvoir dans les 87 concours directs lancés par le ministère de la Fonction publique burkinabè pour la session de 2019. Soit une moyenne d’un poste pour plus de 200 candidats.

La bataille s’annonce rude pour ces nombreux candidats. C’est du moins la conviction des candidats que nous avons rencontrés, au lycée privé Wenlamita de Tampouy, en pleine révision. Réunis dans une salle de classe, environ la soixantaine, ces candidats peaufinent la préparation par un cours de dissertation dispensé par un encadreur. Cette séance vise à actualiser le niveau des candidats, nous a confié l’encadreur. C’est en quelque sorte, dit-il, une remise à niveau, vu que beaucoup de candidats ont oublié certaines notions de la dissertation. « Il faut rester imperturbable ; prenez surtout en compte les observations que j’ai faites », a conseillé l’encadreur qui a souhaité garder l’anonymat.

Les candidats, quant à eux, se disent prêts à affronter les épreuves. « Nous sommes suffisamment outillés pour affronter ces épreuves », a indiqué un candidat. De toutes les façons, on ne peut pas dire le contraire, a renchéri un autre, avant d’ajouter que la chance aussi fait partie de ces compositions.

Esther Zoungrana,souhaite rompre avec l’habitude

« On fait de notre mieux, sinon, on ne peut pas être totalement prêt… »

Si la plupart des candidats se disent prêts pour le début des ‘’hostilités’’, Esther Zoungrana, elle, se garde de tout commentaire. Ce serait trop dire que d’affirmer qu’on est prêt, dit-elle. Car selon elle, en matière de concours, on ne peut jamais afficher une certitude. « Je suis à ma 7e année de composition de concours et je suis toujours là », s’est-elle justifiée. « On fait de notre mieux, sinon, on ne peut pas être totalement prêt surtout avec le nombre de candidats en lice, cette année », a-t-elle ajouté, sans pour autant perdre l’espoir de décrocher le précieux ‘’sésame’’ cette année.

Jacob Compaoré, comme tous les autres candidats d’ailleurs, espère cette année, intégrer la Fonction publique à l’issue de ces concours. Ainsi, dit-il, je suis confiant et prêt pour ce « combat ». Le nombre ne compte pas, c’est l’application de ce que nous avons appris qui sera déterminante, a expliqué ce candidat au concours de greffiers.

Pierre Kaboré, se dit confiant pour ces concours.

Chacun y va de sa préparation

Ils préparent les mêmes concours, ces candidats, sans toutefois avoir la même méthode de travail. Pendant que certains sont dans les salles pour se partager les connaissances, d’autres par contre préfèrent se mettre à l’écart pour plus de lucidité et de concentration à quelques heures du début des épreuves. Pierre Kaboré, esseulé dans une des salles, révise timidement son document pour le compte du concours de conseiller en aménagement du territoire et du développement local.

« J’ai treize concours à préparer, je dois pour cela bien me concentrer », a-t-il répondu dans sa solitude. Cette année, je compte tirer mon épingle du jeu. Je suis optimiste pour ça », a-t-il indiqué. Bien qu’il se dise confiant, il déplore cependant des difficultés, qui selon lui, pourraient tromper la vigilance de certains candidats. Pour lui, la répartition des listes de composition n’est pas très indicative comme les années antérieures. « On peut facilement se perdre », conclut-il.

Les candidats dans les dernières révisions

Des cours intensifs seront organisés pendant les compositions

Selon des encadreurs que nous avons rencontrés, il sera organisé des cours intensifs à l’endroit des candidats. En effet, des corrections des différentes épreuves seront faites, chaque soir. Cela va permettre, selon eux, aux candidats d’éviter les mêmes erreurs et d’aborder les autres sujets avec beaucoup de sérénité.

Serge Ika Ki (Stagiaire)

LeFaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici