Concours de la Fonction publique 2019 : « Une organisation calamiteuse avec un risque énorme de fraudes », dénonce le SYNAGRH

188
Concours de la Fonction publique 2019 : « Une organisation calamiteuse avec un risque énorme de fraudes », dénonce le SYNAGRH

Le Syndicat national des gestionnaires des ressources humaines de l’administration publique (SYNAGRH) a dénoncé « la gestion scabreuse, opaque, amateuriste et clanique » du Pr Séni Ouédraogo, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 11 juillet 2019, à Ouagadougou. Un mécontentement qui fait suite au refus du gouvernement d’honorer ses engagements pris le 4 août 2017.

À travers une déclaration lue par Éric Somé, point focal du SYNAGRH au ministère des Transports, il est ressorti qu’une « crise profonde » mine le ministère de la Fonction publique depuis plusieurs mois. Cette crise, dit-il, est consécutive « au refus du gouvernement d’assumer ses engagements » pris en 2017. Selon sa déclaration, la montée de la fronde sociale est illustrative du déni du gouvernement de remplir ses obligations.

À la lumière des faits qu’ils évoquent, il est ressorti que le 4 août 2017, un protocole d’accord a été conclu entre le gouvernement et le SYNAGRH autour de la plateforme revendicative du syndicat. Il était donc prévu, selon les lignes de la déclaration, « la mise en place d’un groupe de travail devant réfléchir sur les questions de motivation des personnels du MFPTPS et des DRH avant fin 2017. »

Plusieurs mois après la conclusion du protocole d’accord, les agents des ressources humaines pensent que l’absence de mise en œuvre de cet accord illustre le déni du gouvernement de respecter ses engagements, et c’est ce qui justifierait, selon eux, la fronde sociale actuelle. Aussi, selon les syndiqués, « le Pr Séni Ouedraogo, patron du département de la Fonction publique, et un clan qui l’entoure gèrent les questions de la fonction publique dans l’opacité, l’amateurisme et le pillage des ressources. » Selon eux, « cette gestion calamiteuse a des répercussions sur l’ensemble de la chaîne des Ressources humaines. » Toutefois, ils disent ne pas entrer en grève pour le moment, mais préfèrent organiser un mouvement d’humeur pour attirer l’attention de l’opinion sur « la gestion scabreuse et clanique du ministère. »


Aussi, l’organisation des concours session 2019 a été à l’ordre du jour de la conférence de presse. Pour le secrétaire général du syndicat, Souleymane Zoromé, « c’est une organisation calamiteuse avec un risque énorme de fraude. » Pour le syndicat, l’organisation efficace du concours ne peut se faire que d’une manière concertée avec les acteurs impliqués, y compris les agents des ressources humaines, les syndicats, la société civile et les compagnies de téléphonie.

Cependant, le syndicat espère que le gouvernement va revenir à de meilleurs sentiments, afin que les droits des travailleurs des ressources humaines soient respectés, afin que l’accalmie sociale soit assurée.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici