Commission de l’informatique et des libertés : Les acteurs culturels et artistiques s’approprient le cadre juridique des TIC

186

La présidente de la Commission de l’informatique et des libertés Marguerite Ouédraogo a officiellement procédé à la cérémonie de lancement de la formation des acteurs culturels et artistiques sur la protection des données à caractère personnel et de la vie privée des populations le mercredi 26 février 2020 à Bobo-Dioulasso. Cet atelier est organisé en marge de la 4e édition du Festival de danse et de musiques traditionnelles de Colsama (FESTICO).        

Présentation du cadre juridique et institutionnel de la protection des données personnelles au Burkina Faso ; protection des œuvres culturelles, transmission de messages sur la protection des données personnelles à travers les œuvres artistiques et culturelles et cybercriminalité,  ce sont entre autres les connaissances qui seront transmises par la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) au Réseau des acteurs culturels de Bobo-Dioulasso. L’objectif étant de susciter leur meilleure contribution à la promotion de la protection des données personnelles.

« La CIL se réjouit de vous outiller sur les mesures de protection des données personnelles et de vous prémunir des inconvénients des TIC », a adressé la présidente de la Commission de l’informatique et des libertés Marguerite Ouédraogo aux participants.



Elle qui dit être « séduite » par l’originalité de cette cible a confié que l’idée de les inclure dans leurs activités de formation et de sensibilisation sur la protection des données personnelles est venue de l’Association « Woka- Kuma ». D’où la tenue de cet atelier en marge de la 4ème édition du Festival de danse et de musiques traditionnelles de Colsama (FESTICO) organisée par ladite association.

Richesse transversale

Cette immersion est placée sous le thème « Promotion des œuvres culturelles et artistiques, protection des données à caractère personnel et de la vie privée des populations ».

Marguerite Ouédraogo entend s’appuyer sur la richesse transversale des acteurs culturels pour mener à bien les missions de la CIL. 

Au cours de la cérémonie d’ouverture de cet atelier, l’Association « Woka-Kuma » a été présentée par son président, Mahamadi Sinka.  « Notre structure a été créée  au Burkina Faso en 2003 et existe en Allemagne depuis 2018 avec pour mission de soutenir le monde scolaire et sanitaire, de protéger l’environnement et de promouvoir l’industrie culturelle et artistique du Burkina ici et ailleurs », a expliqué Mahamadi Sinka.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici