Commerce hors UEMOA : Des opérateurs économiques de Bobo sensibilisés

472

Commerce hors UEMOA : Des opérateurs économiques de Bobo sensibilisés

Après Ouagadougou, c’est Bobo-Dioulasso qui a abrité la deuxième session de sensibilisation sur la règlementation No 09 /2010/CM UEMOA. Les orateurs issus de la chambre de commerce, de la BECEAO, de la douane et des impôts se sont attardés sur un point commun : La diffusion des informations nécessaires pour exercer en toute quiétude dans l’import-export. En effet, celles-ci devraient leur permettre d’avoir les outils nécessaires lors des transactions financières hors UEMOA, faciliter leur opération bancaire, de paiement et leur obligation en matière de domiciliation. Monsieur Hebié, inspecteur du trésor représentant la Direction Générale du trésor et de la comptabilité publique a résumé cette sensibilisation en donnant les informations justes dans les règlementations du commerce extérieur en particulier hors UEMOA et dans les transactions.

Ces lois bien qu’impératives profitent à l’opérateur, lui facilitant des opérations de transfert en toute liberté, parce que sans réserve de change, il est impossible de mener une opération d’importation. Comme une rotation, ces encaissements et rapatriements des recettes d’exportations permettent du coup d’alimenter le compte d’opération de la BECEAO.

Commerce hors UEMOA : Des opérateurs économiques de Bobo sensibilisésSerge Poda, chef de service des études et de la statistique pour sa part a mis l’accent sur les avantages de ces règlementations favorables pour une meilleure insertion du CFA lors des opérations financières internationales garantissant une meilleure sécurisation du capital avec la carte bancaire ou le chèque.

Commerce hors UEMOA : Des opérateurs économiques de Bobo sensibilisésAu niveau de la douane, l’innovation pour Elysée Zongo inspecteur divisionnaire de douane, est la création de la plateforme rassemblant sur le même site électronique tous les acteurs publics et privés intervenant dans la délivrance des documents exigibles pour les opérations d’import-export avec un gain de temps, une meilleure visibilité et transparence dans l’accomplissement des formalités.

Au finish, l’atelier fut estimé par les participants comme la bienvenue. Ils se disent désormais bien imprégnés en matière de transaction, les documents administratifs à fournir y compris les nouvelles mesures qui leur faciliteront la tâche. Cependant ils souhaitent pour les prochaines sessions, une communication en langue locale pour une meilleure compréhension.

Haoua Touré
Lefaso.net

Lefaso.net