Citoyenneté et bonne gouvernance au cœur du premier « Tech Camp Ouaga »

80

« Utiliser les nouvelles technologies pour développer des initiatives innovantes en matière de citoyenneté et de bonne gouvernance ». C’est l’idée qui a prévalu à l’organisation d’un mini-atelier de co-création le samedi 9 septembre 2017 à Ouagadougou. Ce « Tech Camp Ouaga » s’inscrit dans le cadre des activités des Young Africans Leaders Initiative (YALI).

Avec l’évolution technologique, des opportunités s’offrent aux citoyens pour développer de nouvelles formes d’engagement citoyen et participer à la démocratie. Le Tech Camp Ouaga s’inscrit dans cette dynamique. « Il s’agit de réfléchir ensemble, d’utiliser la méthode que nous avons apprise lors du Tech Camp à Abidjan afin d’identifier des problèmes concrets liés aux questions de bonne gouvernance et envisager des solutions utilisant les nouvelles technologies », a expliqué Justin Yarga, co-organisateur et bénéficiaire des programmes d’échanges américains.

Il fait partie de 10 jeunes qui ont pris part au YALI Tech Camp 2017 sur les nouvelles technologies pour la bonne gouvernance, tenu à Abidjan en juillet dernier. « L’atelier d’Abidjan nous appris, en tant que jeunes leaders, comment utiliser une gamme variée d’outils des nouvelles technologie pour répondre à des besoins en matière de transparence et de bonne gouvernance en général. Nous avons pensé qu’il était bien de répercuter ces compétences dans notre milieu, en les partageant avec d’autres jeunes », a-t-il précisé.

12 jeunes ont participé au Tech Camp Ouaga et ont travaillé à proposer des solutions innovantes, faisant appel aux outils de nouvelles technologies, afin de répondre à des besoins en matière de transparence, de redevabilité, d’accès à l’information, d’engagement citoyen. Après cette étape de Ouagadougou, les organisateurs vont mettre le cap sur la deuxième ville du Burkina, Bobo-Dioulasso, pour travailler avec des jeunes sur la même méthodologie et dans le même état d’esprit.

« Les jeunes Burkinabè inspirent tout le continent »

L’atelier bénéficie de l’accompagnement de l’Ambassade des Etats-Unis qui avait sélectionné les 10 jeunes participants au Tech Camp d’Abidjan. « Nous sommes ravis de vous accompagner dans votre démarche d’utiliser vos talents et votre créativité au service de votre pays. Comme vous le savez, nous ne sommes pas là pour faire le développement à votre place, mais pour vous accompagner à le faire vous-mêmes », s’est exprimé le diplomate américain Marc Daniel, Directeur adjoint de la Section Diplomatie Publique.

Il a encouragé les participants en leur rappelant que « les Burkinabè inspirent tout le continent » et que, depuis l’Insurrection populaire, dans plusieurs pays, de nombreux jeunes aspirent à faire comme la jeunesse burkinabè. Il s’agit aussi, selon les initiateurs de l’atelier, d’encourager les jeunes à rejoindre la grande famille des YALI. A cet effet, Leila Tiam, Program Support Assistant à la Section Diplomatie publique de l’ambassade, a informé de l’ouverture des candidatures pour le Mandela Washington Fellowship 2018, à partir du 13 septembre 2017.

Elielle Ilboudo fait partie des 16 participants burkinabè au YALI 2017. La jeune leader a tenu à faire un témoignage sur sa participation au Programme Mandela Washington Fellowship pour les jeunes leaders africains, afin d’encourager les participants au Tech Camp Ouaga.

Noufou KINDO

Burkina 24

Portfolio : 

Burkina24.com