CIMAF bientôt à Bobo

150

Le groupe Ciments de l’Afrique (CIMAF)  a organisé à Bobo-Dioulasso une conférence de presse ce vendredi 14 avril 2017. Il a été question de présenter le projet d’implantation d’une nouvelle usine de cimenterie à Bobo-Dioulasso.
Capitale économique du Burkina Faso, Bobo-Dioulasso est la deuxième ville après Ouagadougou, que le groupe CIMAF a choisie pour implanter une usine de cimenterie. Sa construction  se justifie par la volonté du groupe d’étendre rapidement sa présence sur le continent à d’autres pays et accroitre ses capacités de production de ses sites actuellement opérationnels.
Selon le Directeur général de CIMAF Burkina Essam Daoud, le début des travaux de construction de cette usine « CIMAF Dioulasso » est prévu avant la fin du premier semestre de 2017 avec pour ambition de produire le premier ciment avant juin 2018.

Cette usine sera à la pointe de la technologie. Elle sera construite sur un terrain de 8 hectares dans la zone industrielle de Bobo 2010 et sera composée d’une unité de broyage contenant un broyeur horizontal à boulets de 40 tonnes/heure en circuit fermé avec un séparateur de dernière génération et un filtre à manche à haute performance. Aussi, elle comportera une unité d’ensachage, de silos ciment, de transporteur clinker et matières premières, de parc clinker et de trémie de chaudement. A terme, elle sera dotée d’une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an. D’un coût de 20 milliards de FCFA, elle générera également des emplois dont, pour la phase construction, 1200 emplois et pour la phase exploitation, 800 emplois directs et indirects. A cet effet, « une large campagne de recrutement sera organisée au profit des populations de la ville et régions de Bobo-Dioulasso ».
Selon Essam Daoud, c’est le constructeur allemand polysius du groupe Thyssenkrupp, que le groupe CIMAF a retenu pour réaliser ce projet qui contribuera à faire de Bobo-Dioulasso « un pôle industriel majeur au Burkina Faso ».

Conscient du dynamisme du marché du Burkina Faso et confiant dans les perspectives futures, le groupe CIMAF, à  en croire ses premiers  responsables,  se donnera les moyens pour satisfaire sa clientèle en mettant à leur disposition des ciments de qualité mondiale à un « coût très accessible ». Ce dans le but de contribuer à la relance économique de la ville de Sya.
Soucieux de la protection de l’environnement et du bien-être des populations, le groupe dit tenir à rassurer le peuple burkinabè que toutes les mesures sont prises afin d’éviter un quelconque dommage dû à la construction de cette infrastructure dans la ville de Sya en général et sur la vie des populations en particulier.

Burkina24

Burkina24.com