Chroniques de Ramadan : La zakat el fitr

34


Chaque jour, pendant le mois de Ramadan, l’imam Alidou Ilboudo développe un aspect important à savoir sur le jeûne musulman.

Mail : [email protected]Chroniques de Ramadan : La zakat el fitr


La fin de ramadan est marquée entre autre par une aumône, la zakat el fitr.

Zakat el fitr signifie aumône de la rupture. C’est une aumône, mieux un impôt sur chaque sujet musulman à la fin du mois de ramadan. Le prophète lui a fixé deux objectifs clairs : « une purification pour le jeûneur et une nourriture pour les indigents »

-une purification pour le jeûneur : étant humain et non ange, le jeûneur malgré sa foi et sa bonne volonté reste sujet à l’erreur et à la faute. Il est facile de s’abstenir du boire, du manger et des relations intimes. Mais il est bien plus difficile voire impossible dans certains cas de ne pas tomber dans les petits péchés liés au cœur, à l’esprit et aux membres. On peut bien jeûner et être porté à la colère, à l’envie, à la haine parce que les circonstances l’ont occasionné. Combien sommes-nous à pouvoir se dire chaque fois que l’instinct nous prend : « je jeûne, je ne dois pas insulter, je ne dois pas me mettre en colère, je dois me maitriser »

On peut bien être en état de jeûne et tomber sous le coup du péché en laissant trainer son regard sur certaines images ; on peut bien jeûner et être insuffisant dans ses devoirs sociaux et familiaux. En somme le jeûne parfait n’existe pas ou n’existe que peu. C’est en regard de tout cela qu’Allah nous a prescrit l’aumône de la rupture pour corriger les imperfections et les impuretés qui entachent forcément notre jeûne. C’est pourquoi il est bon de payer cette aumône dès la naissance du croissant du mois suivant et au plus tard le matin avant la prière ; pour qu’elle soit valable. Les traditions disent que le jeûne reste entre ciel et terre tant que la zakat el fitr n’est pas acquittée.

-une nourriture pour les pauvres car la fête est un moment de joie générale qui doit réunir tout le monde. Il serait malséant que les riches fêtent à l’exception des pauvres. L’aumône de la rupture doit servir à subvenir aux besoins des familles indigentes, surtout le jour de la fête.

Un hadith nous enseigne : « épargnez-leur la mendicité ce jour-là ». C’est en raison de ce deuxième objectif que l’aumône est étendue à tout musulman pour agrandir « l’assiette ». Elle est donc prescrite sur tout musulman, homme, femme, jeûne, vieux et est à la charge du chef de famille, les personnes majeures et capables pouvant donner leur contribution. Le bébé qui nait avant la naissance du croissant étant né en ramadan est compris et un calife, Ousmane parait-il, avait inclus le fœtus porté par la femme enceinte, le but étant d’augmenter les contribuables.

-le taux de la zakat el fitr et l’espèce

Au temps du prophète la zakat el fitr était payée en dattes, orge, blé, bref en céréales consommée dans la région. Son taux était d’un « sâa » qui équivalait à quatre fois le contenu des deux mains réunies. Abou Bakr Jabir Aldjazairi dans son livre la voie du musulman l’évalue à 2,1 litres.

Des récipients témoins sont vendus dans les boutiques islamiques pour faciliter la mesure. Sur la base d’une expérience faite à base de ce récipient les valeurs en Kilogrammes vont de 1,9kg pour la semoule de blé à 2,4kg pour le riz le plus lourd. Le Secours Islamique en France mentionne Cinq Euros dû sûrement à leur niveau de vie. Et ils en ont des savants venant de toutes les universités islamiques !

Chaque année, chez nous au Burkina Faso, des discussions sont toujours menées entre ceux qui veulent qu’on paie en nature seulement et ceux qui autorisent la contre-valeur en numéraires, discussion qui à mon humble avis n’a pas son sens. A Ouagadougou par exemple, combien sont-ils parmi ceux qui paient en nature, ceux qui sont producteurs de céréales et vont prélever dans leur grenier ? La plupart d’entre nous allons acheter la céréale pour la redonner en aumône !

Quelle différence réelle en dehors de la forme extérieure, y a-t-il entre celui qui donne directement la somme à la famille indigente ? Si au temps du prophète et tout récemment dans certains villages donner de l’argent le jour de fête n’arrange rien car il n’y aurait rien à acheter, c’est tout le contraire aujourd’hui. On peut être exigeant sur soi-même en respectant l’esprit et la lettre en donnant en nature mais il serait trop audacieux de dire que celui qui donne en espèces n’a pas agi juste car il donne de son bien et satisfait aussi le besogneux.

Une aumône de proximité

Intimement liée au jeûne, la zakat el fitr se veut une aumône de proximité. Il est demandé à celui qui possède la nourriture de la journée suivante de faire un effort pour donner à celui qui n’en a pas pour ce jour-ci. Alors, pour être efficient, il est bon que chacun donne dans son entourage immédiat. Les mosquées organisées peuvent servir de relais pour la redistribution si une liste de familles démunies est tenue et mise à jour.

Il est d’usage de commencer à s’acquitter de la zakat el fitr deux à trois jours avant la fête, le temps ultime étant le matin avant la prière. Mais il n’y a aucun mal à la prélever dès le premier jour de jeûne ou à tout autre jour du mois.

Bonne suite de ramadan à tous!

Burkina24.com