Cette omerta sur le sort des otages burkinabè

180

Il faut qu’on en parle. Que deviennent les otages de nationalité burkinabè enlevés sur le sol burkinabè ? Qu’est-ce qui est fait pour les libérer ?

Depuis 2015, des individus « non identifiés » ont commencé par enlever des expatriés. Le couple Elliott. L’épouse a heureusement été libérée. Mais le Dr Elliott reste introuvable. Et les nouvelles de lui, de la part des autorités, est au stade de balbutiement.

Mais depuis un certain temps, ce sont des nationaux, des Burkinabè, qui figurent dans la liste des cibles des terroristes. Des maires. Des agents tant du public, du privé et d’ONG. Que deviennent-ils ? Où sont-ils amenés ? La sécurité ne pipe mot. La défense reste muette. La communication gouvernementale  est insuffisante sur la question.

Qu’est-ce que les terroristes veulent faire avec eux ? Faire des échanges ? Plusieurs d’entre eux ont en effet été faits prisonniers. Dans ce cas, les otages peuvent être considérés comme une monnaie d’échange.

Mais le plus troublant, c’est qu’au niveau de l’État, rien ne semble être fait pour que ces otages recouvrent leur liberté.

C’est l’impression qui chuinte au regard d’autre réaction sur d’autres otages. A peine deux semaines après  leur capture, les deux Français, en plus de l’Américaine sans nom et de la Sud-coréenne, ont été libérés dare-dare par une coalition de Français, d’Américains et de Burkinabè.

Pourquoi ces mêmes efforts ne sont-ils  pas conjugués quand il s’agit de nationaux qui sont otages si tant est que nous avons des accords militaires et des partenariats vantés à longueur de journée ? Si des soldats burkinabè peuvent risquer leur vie pour sauver leurs frères et sœurs, pourquoi les mêmes risques ne peuvent-ils être pris pour des Burkinabè ?

La Rédaction

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici