Centre de formation du MPP : « Le Parti communiste chinois a fait un investissement à hauteur de près de 300 millions de FCFA », estime Dr Emilé Paré

87
Centre de formation du MPP : « Le Parti communiste chinois a fait un investissement à hauteur de près de 300 millions de FCFA », estime Dr Emilé Paré

« Le processus électoral et le vote citoyen ». C’est le thème sous lequel s’est effectuée, ce samedi, 14 décembre 2019 à son siège à Ouagadougou, la rentrée académique 2019-2020 du Centre international de formation politique Kwamé Nkrumah du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, parti au pouvoir).

La cérémonie, qui s’est voulue sobre, a été présidée par le président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Simon Compaoré. Par ailleurs président du Conseil d’administration du Centre international de formation politique Kwamé Nkrumah (CIFP/KNK), Simon Compaoré s’est félicité du nouvel élan pris par cette structure de formation du parti, qui dispose désormais de commodités permettant de remplir de façon efficiente et efficace, sa vocation. C’est dans cet ordre d’idée qu’il a exprimé la reconnaissance de son parti au Parti communiste chinois (PCC) et la République populaire de Chine, qui ont permis l’équipement du centre. Occasion également pour lui de louer le travail de l’ensemble des animateurs de ce vivier de formation et les exhorter à maintenir le cap.


Depuis 2015, le Centre international de formation politique Kwamé Nkrumah organise la formation de ses militants afin d’élever leur niveau politique pour leur permettre de comprendre, apprécier, analyser les divers évènements politiques, économiques et sociaux qui traversent au quotidien la société burkinabè et le monde, a porté Simon Compaoré.


De l’avis du premier responsable du parti au pouvoir, à quelques mois des élections (présidentielle et législatives), il est important d’achever la formation des responsables du parti afin de relever le niveau des débats sur les questions intéressant la vie de la nation. Ce d’autant qu’également, poursuit-il, l’exercice de redevabilité bien conduite par les militants à l’endroit des concitoyens sera gage d’un gain de crédit auprès des populations et la maîtrise du processus électoral, un plus pour s’assurer des élections paisibles, crédibles et acceptées de tous.

« L’année écoulée, en vue de renforcer l’unité de pensée, d’organisation et d’action des responsables du parti, les activités du centre ont consisté en la formation sur les textes fondamentaux du parti, le programme présidentiel, la gestion des conflits dans les structures et collectivités, le leadership électoral, etc. (…). Notre ambition est et reste celle de former tous les responsables de nos structures sur les principes, les valeurs et comportements sociaux que prône notre parti. (…).

Selon Simon Compaoré, le Centre assurera désormais la formation à plein-temps

L’année 2020 est une année électorale par excellence. En dépit du contexte difficile, nous devons travailler à tenir ces élections coûte que coûte, gage de notre détermination à construire la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays, à enraciner l’esprit démocratique aux populations pour la conquête du pouvoir d’Etat. Dans ce sens, nos militants doivent, à travers les formations, maîtriser, et dans les moindres détails, les différentes étapes du processus électoral pour assurer la victoire de notre parti, le MPP », divulgue Simon Compaoré.

« Pour le moment, aucune formation n’est facturée »

Le programme de formation brasse donc tous les domaines politique, économique, social, des questions d’actualité, etc. Simon Compaoré annonce également que le CIFP/KNK va se déployer sur le terrain, à l’intérieur du pays, pour former les militants. « Il y a aussi la possibilité de former à la demande. Il y a des institutions de la place qui demandent aussi à ce qu’on organise des formations. Notre centre est à mesure de le faire…et s’ouvre à tous ceux qui ont besoin de former leurs militants », informe le président du Conseil d’administration du Centre, rassurant au passage de la qualité des formateurs (des professeurs, enseignants, chercheurs…, et dans divers domaines).

Le député Ousséni Tamboura, en séance de formation de cadres du parti.

Le directeur général, Dr Émile Paré, a, lui, saisi l’opportunité pour présenter le Centre international de formation politique Kwamé Nkrumah. Ainsi retient-on que, et à titre d’exemple, de janvier 2019 à septembre 2019, le centre a été doté d’une bibliothèque et de bien d’autres commodités. Il a aussi assuré dans la même période, seize formations au profit des structures du parti (pour 670 militants formés), trois conférences et colloques qui ont réuni environ 300 militants.

Selon Dr Paré, depuis sa création en 2015, le CIFP/KNK a formé près de 2000 militants du parti.

Cependant, confie-t-il, il avait connu des difficultés financières et matérielles. « Mais depuis un an, le parti communiste chinois a fait un investissement à hauteur de près de 300 millions de francs CFA qui nous permet aujourd’hui d’avoir un centre qui fonctionne de façon permanente », affirme-t-il.

Dr Emilé Paré

« Cette année, nous avons engagé un programme assez cohérent, pour maintenant former dans la profondeur, dans toutes les thématiques de la vie politique ; la vie politique ne se limite pas à la science politique pure. Donc, nous avons l’économie politique, l’économie sociale, les relations diplomatiques, les questions de défense, la communication politique, l’animation de la vie d’un parti politique, etc. », présente Emile Paré, par ailleurs secrétaire à la formation politique et civique du MPP, mentionnant que grâce au soutien du parti communiste chinois (PCC) et la République populaire de Chine, le CIFP/KNK est à ce jour doté de moyens roulants (notamment, deux véhicules tout terrain et deux mini-cars de quinze places). Ce qui permet d’aller sur le terrain pour former, estime-t-il.

Pour prendre en compte tous les niveaux d’instructions, le responsable à la formation politique et civique du MPP informe qu’un programme (des modules adaptés) sera établi pour que toutes les catégories sociales puissent en bénéficier.

« Pour le moment, aucune formation (à la demande) n’est facturée. Le centre est à ses débuts, il faut amener les militants, les citoyens, à aimer la formation ; parce qu’il y a un vide entre une certaine génération et la génération actuelle. Nous sommes de la génération des années 80, on est bien formé. Mais la génération de 90 n’est pas formée. Il y a donc un trou. Pourtant, elle (génération actuelle) veut la relève. Donc, pour le moment, la formation à la carte n’est pas facturée ; vous vous signalez, nous prenons le nombre de jeunes qui veulent se former, on regarde leur niveau et on leur assure la formation », offre le directeur général du CIFP/KNK, Dr Emile Paré.

Oumar L. Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici