Cédric Badolo et Cyrille Kpan dans la galère au Kwakab Marrakech

63

Lorsqu’ils signaient au Kwakab Marrakech du Maroc, les Burkinabè Cyrille Kpan et Cédric Badolo espéraient ouvrir une nouvelle page de leur carrière. Mais celle-ci tourne aux cauchemars pour les deux anciens joueurs de l’USFA mis à l’écart de l’équipe. Des bisbilles sont nées entre les deux joueurs et leurs clubs de sorte qu’ils aient porté plainte auprès de l’ambassade du Burkina au Maroc.

Situation précaire pour Cyrille Kpan et Cédric Badolo au Maroc. Partis au Kwakab Marrakech du Maroc où ils ont signé pour cinq ans, les deux Burkinabè vivent une véritable galère. C’est en juin 2016 après l’élimination de l’Union Sportive des Forces Armées (USFA) en 16e de finale de la Coupe de la Confédération que les deux joueurs ont signé dans le club. Mais depuis lors, les deux Burkinabè n’ont disputé aucun match avec leur nouvelle formation malgré le changement d’entraîneurs au club.

La situation s’est même aggravée puisque le club marakaichi aurait refusé de verser les six mois de salaires et les frais de locations aux burkinabè, selon le journal Al Akhbar. Toujours selon le même journal, les deux joueurs ont porté l’affaire auprès de l’ambassade du Burkina qui, à son tour, a saisi la fédération royale marocaine de football (FRMF) afin de faciliter le retour des deux joueurs au pays. Celle-ci saurait entreprendre les démarches dans ce sens.

Toutefois, la situation est beaucoup plus complexe car il y aurait certaines connexions dans le dossier du transfert des deux Burkinabè qui payent le prix de mésententes au sein du Kwakab Marrakech. Mais, pour ne rien comprendre de la situation de ces deux joueurs, le président du club Mouhcine Marbouh menace de porter l’affaire devant la FIFA pour obliger les joueurs à revenir au club en vertu du contrat qui les lie au club.

En réalité, Cyrille Kpan et Cédric Badolo sont victimes des problèmes financiers du club marocain qui enchaînent de mauvais résultats dans le championnat. Plusieurs autres joueurs du club n’ont eux aussi pas reçu de salaire.

Burkina24.com