CASEM 2019 du MINEFID : Un taux de recouvrement de 99,31% au premier trimestre

35
CASEM 2019 du MINEFID : Un  taux de recouvrement de  99,31%  au premier trimestre

La première session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2019 du ministère de l’Economie, des finances et du développement (MINEFID) s’est tenue le jeudi 23 mai 2019 à Koudougou, sous le thème « Cohésion sociale et performance des administrations : Enjeux, défis et perspectives ». La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre Lassané Kaboré, une première depuis sa nomination à la tête du département ministériel.

Dresser le bilan de la mise en œuvre du programme d’activités au premier trimestre 2019, identifier les défis à relever afin de réaliser les résultats attendus au cours de cette année. Tels sont les objectifs fixés par le ministère de l’Economie, des finances et du développement (MINEFID) à travers cette première session du Conseil d’administration du secteur ministériel. C’est le 2e adjoint au maire e la ville hôte qui a souhaité la bienvenue aux participants. Norbert Nana a tenu à exprimer, au nom des populations et de son entité administrative, sa satisfaction de recevoir l’évènement. Avant de passer la parole au ministre Lassané Kaboré.


Dans son intervention, le ministre de l’Economie s’est félicité des nombreux acquis engrangés par son département, malgré des taux d’exécution physique et financier respectifs de 17,52% et 1,37%. « Au cours du premier trimestre, nous sommes à une mobilisation de 369,58 milliards de F CFA sur une prévision trimestrielle de 372,14 milliards de F CFA, soit un taux de recouvrement de 99,31% et un accroissement de 30,75 milliards de F CFA (9,07% en valeur relative) par rapport à la même période de l’année 2018 », a-t-il indiqué. Des avancées que le MINEFID met au compte de toutes les composantes de son administration mais surtout grâce aux efforts de modernisation de l’administration.

Le ministre a salué l’oeuvre accomplie par tous les administrateurs lors des sessions précédentes

« Aujourd’hui, nous avons offert la possibilité aux contribuables de procéder au paiement de leurs obligations à travers le télépaiement, le télé-recouvrement etc. Toutes ces innovations technologiques ont permis à la plupart des grandes entreprises qui peuvent payer en ligne de le faire. On n’a pas besoin de se déplacer », a-t-il signifié, précisant par la même occasion que ce résultat a également été possible grâce à l’animation des différents cadres de concertation sous le leadership et la coordination de son département.

A l’en croire, les acquis seraient encore plus nombreux si son département n’avait pas connu une certaine ébullition au niveau du front social, en plus de l’insécurité qui empêche certains maillons de l’administration de dérouler leurs activités sur le terrain. Puis de préciser que les désagréments qu’ils ont connus étaient plus liés aux services rendus aux contribuables tels que l’enregistrement des marchés.

Les participants au CASEM

Au cours du reste de l’année, de nombreux chantiers sont au menu. « Dans le secteur informel, nous allons bientôt ouvrir des comptes dans les banques où les gens peuvent aller payer directement leurs impôts, avoir le reçu et venir seulement prendre la quittance au niveau de l’administration. Ce travail va se poursuivre ; ce qui va permettre de sécuriser et de mobiliser mieux nos recettes », a confié le premier responsable du département.

Le ministère ambitionne également de poursuivre les efforts de mise en œuvre des réformes visant l’amélioration de la mobilisation des ressources, notamment l’opérationnalisation de la facture normalisée au niveau du réel simplifié d’imposition et de contribution des moyennes entreprises ; du projet cadastre fiscal et l’élaboration d’une stratégie de renforcement du civisme fiscal. Il perpétuera, en sus, la sélection et le financement des startups ainsi que la réalisation des enquêtes d’envergure nationale etc.

La présente session devra enfin permettre de mener la réflexion sur la résurgence des mouvements sociaux et proposer des pistes de solutions pour promouvoir le vivre ensemble et renforcer le sentiment d’appartenance à une seule et même famille. D’où le choix du thème « Cohésion sociale et performance des administrations : Enjeux, défis et perspectives au MINEFID ».

Des recommandations fortes seront formulées à l’issue de la rencontre

S’adressant aux participants, le ministre dira que c’est à la lumière de la richesse des débats éclairés, qu’ils pourront tracer ensemble les sillons des actions à venir, les aspirations et l’image qu’ils veulent pour le département ; cette image qui est celle d’une administration moderne, transparente, efficace et solidaire.

Relativement au décret portant règlementation de la prime de motivation pour régler la dette des agents du MINEFID sur trois ans auprès des institutions financières, il a reconnu qu’il y a eu une coquille dans l’arrêté qu’il a lui-même signé. « S’il y a une coquille dans un document, c’est normal qu’on puisse le rectifier. Mais cela ne doit pas être vu sous un autre angle. (…) Est-ce que les gens savent combien de papiers sont signés et souvent il y a une erreur qu’on rattrape ? ».

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici