Carrefour du jardin de l’amitié à Ouaga: voie…ou rue marchande ?

161

En plein cœur de la capitale burkinabè, avenue de la révolution, à proximité des feux tricolores du jardin de l’amitié, l’atmosphère est très bruyante. Malgré les risques d’accidents, cette avenue est bondée de vendeurs ambulants de fruits. Pour écouler leurs marchandises, ces vendeurs de fruits harcèlent, accostent les usagers de la route. Leur seul objectif c’est d’avoir de quoi subvenir à leur besoins. « On n’est pas là parce que ça nous fait plaisir, on est là parce qu’on n’a pas le choix. Notre seul objectif c’est avoir de quoi à se nourrir. En plus, la police municipale n’accepte pas que nous fassions des étalages de fruits aux abords de la voie », a affirmé une vendeuse.

Cette « chasse à la clientèle » n’est pas sans conséquences, puisqu’ils s’exposent à des risques d’accidents, de vols et sont mêmes injuriés. « Ah souvent y a des accidents mais Dieu merci nous n’en sommes pas victimes. On a eu à nous donner de faux billets ici mais bon, cela a cessé à présent », indique un vendeur.

« On nous insultent ici mais nous aussi on ne se laissent pas faire. Il y a certaines personnes mêmes qui essaient de nous cogner juste par méchanceté, malgré tout ce tumulte on s’accroche », poursuit-il.

Les clients quant à eux encouragent les vendeurs à se battre tout en les exhortant à plus de prudence parce qu’ils troublent la circulation. « D’une part ça nous dérangent parce qu’ils troublent la circulation et d’autre part, ça nous évitent d’aller jusqu’au marché parce qu’on peut rapidement faire nos achats avec eux », a dit cet usager.

Selon un autre, « par rapport à la sécurité de la circulation, cela pose un petit problème, si la mairie pouvait organiser cela en aménageant la chaussée pour que les conducteurs puissent stationner et acheter ce dont ils ont besoin, se serait bien ».

Ces vendeurs de fruits espèrent juste avoir la possibilité d’avoir chacun une petite place pour exposer et proposer à la clientèle, les fruits. Mais en attendant de trouver une solution avec la police municipale, la vente ambulante à proximité des feux tricolores du jardin de l’amitié continue de servir son spectacle quotidien.

 

Alinta Ouédraogo

Omegabf.net