Caravane Fier Burkinabè : En chœur contre l’incivisme et l’intolérance à Tenkodogo

12

Une caravane intitulée «Fier Burkinabè», constituée d’artistes-musiciens burkinabè  engagés contre l’incivisme, a séjourné à Tenkodogo, le dimanche 8 octobre 2017. Au programme, des prestations artistiques avec Wendy, les Playerz, Jah Verity et Sofiano.

Après Fada N’Gourma le 6 octobre, Zorgho le 7 octobre, Tenkodogo a accueilli, le dimanche 8 octobre 2017.La caravane intitulée «Fier Burkinabè», composée d’artistes-musiciens burkinabè fustigeant l’incivisme et l’intolérance. «En tant que Burkinabè et fier de l’être, nous devrons apporter notre pierre à la construction de notre cher pays, le Burkina Faso,  et bouter le phénomène de l’incivisme et de l’intolérance pour permettre à sa jeunesse de se développer. Des comportements qui peuvent nuire gravement à l’esprit même de notre vivre- ensemble. La meilleure manière de faire passer le message est de venir à la rencontre de cette jeunesse dynamique et intrépide, pour lui dire que nous ne devons pas laisser certains comportements prospérer au pays des Hommes intègres», a déclaré l’animateur de la soirée, Big Ben. Tour à tour, Wendy, les Playerz, Jah Verity et Sofiano, ont égayé le nombreux public,constitué de jeunes, qui a fait le déplacement de la Place de la Nation pour la circonstance. «Nous sommes jeunes, forts, intelligents et conscients pour dire non à l’incivisme et à l’intolérance. Au-delà de cette jeunesse, tout le monde doit s’impliquer et s’engager pour la réinstauration de la paix véritable au Faso et de lutter contre l’incivisme au Burkina Faso. Nous avons des repères et des valeurs intrinsèques qui font de nous de vrais Burkinabè et intègres», a expliqué la chanteuse  Wendy. Le reggae-man Jah Verity a, pour sa part, invité les jeunes à respecter les agents de sécurité  qui régulent la circulation sur les voies, parce qu’ils sont sur ces routes pour la sécurité de tous. «Si on brûle une mairie, un commissariat de police ou une gendarmerie, on se fait du mal parce qu’on aura besoin d’établir des documents d’état-civil comme des actes de naissance, des Cartes nationales d’identité burkinabè (CNIB) ou faire des légalisations. Les jeunes n’auront non plus la possibilité de participer aux différents concours de la fonction publique, ni d’accéder à des emplois, parce que vous serez rattrapés par ces actes d’incivisme», a martelé Jah Verity. Le maire de Tenkodogo, Harouna Ouélogo, s’est réjoui du passage de la caravane et a dit adhérer au message contre l’incivisme et l’intolérance livré à la jeunesse de sa ville. «Nous allons davantage travailler pour sensibiliser la jeunesse afin de l’amener à se départir des actes d’incivisme et d’intolérance parce que le Burkina Faso a des acquis que nous devons préserver pour leur avenir et celui de tout le Burkina. Nous sommes leurs devanciers, mais ce pays appartient à la jeunesse surtout qui doit prendre conscience que le Burkina Faso ne peut se construire qu’à travers l’entente, la fraternité, la paix et la cohésion sociale», a-t-il conclu. «A  travers cette caravane, regroupant des acteurs culturels et des artistes-musiciens, nous invitons la jeunesse à bannir ce comportement d’incivisme et d’intolérance et à se mettre au travail pour la construction de notre pays, le Burkina Faso», a confié l’initiateur de la caravane, Ismaël Papus Zongo. Selon lui, il est inconcevable qu’un usager fauche un policier, d’assister à des vindictes populaires, de voir des élèves invectiver leurs professeurs, le drapeau national incendié. « Ce pays  a des lois. Dans un pays digne et démocratique, tout doit se résoudre par la voie légale », a-t-il dit.

Bougnan NAON

sidwaya.bf