Campagne nationale d’empoissonnement: Les premiers alevins sautent dans le Samandéni

83

Le Ministre des ressources animales et halieutiques (MRAH) Soumanogo Koutou a procédé à la mise en eau symbolique de poissons dans le barrage de Samandéni le vendredi 19 octobre 2018. Cette cérémonie marquant le top départ de la campagne nationale d’empoissonnement dans les plans d’eau et enclos piscicoles du pays a précédé celle d’une remise de matériels de plus de 8 millions de francs CFA au profit des acteurs de la pêche.

La campagne nationale d’empoissonnement de cette année a commencé dans le barrage de Samandéni et se poursuivra dans tous les plans d’eau et enclos piscicoles du Burkina Faso avec plus de 10 millions d’alevins. Elle s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement durable du sous-secteur des ressources halieutiques conformément à la politique nationale de la pêche et de l’aquaculture adopté en 2015. Et ce, en vue d’accroitre la production domestique du poisson de 20 000 tonnes  à 30 000 tonnes en 2020.

« Mais au-delà même de l’empoissonnement,  c’est un acte d’interpellation et de conscientisation que nous avons posé. Car, dans la seule année de 2017,  le Burkina Faso a importé une quantité de 102 000 tonnes de produits halieutiques. Soit 4/5 de la consommation de la population. Et la politique du gouvernement vise un  développement de la production halieutique à la hauteur des besoins de la population »,  explique le Ministre des ressources animales et halieutiques Soumanogo Koutou.

C’est pourquoi, avec l’accompagnement de plusieurs partenaires dont le Programme de développement intégré de la vallée de Samandéni (PDIS),  le Programme de développement des productions des ressources halieutiques et aquacoles voulu par le PNDES s’appuie sur trois facteurs essentiels à savoir le renforcement de capacité des acteurs de la pêche et de l’aquaculture, le financement du sous-secteur des ressources halieutiques et aquacoles et le renforcement de la recherche.

« Un grand jour » pour les acteurs de la pêche

Avant de lâcher les premiers alevins, le Ministre des ressources animales et halieutiques en compagnie de ses pairs (de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique et celle en charge du budget de l’Etat) ainsi que les autorités régionales et municipales  a procédé à la remise officielle d’ un lot de matériels d’une valeur de 8 250 000 francs CFA aux acteurs de la pêche.

Il est composé de  10 pirogues, 30 balances à crochets de 100 Kg, 50 paquets de pelotes de fil (201/24), 20 nappes de filets mono-filament 03 doits et plus, 30 nappes de filets multi-filament 03 doigts et plus, 20 glacières et 10 nappes de filets 210 /3 (35mn).

C’est donc « un grand jour pour nous car les alevins qui viennent d’être mis dans le barrage vont grandir et c’est nous qui allons les pêcher », se réjouit le Président de l’Union  des pêcheurs du Barrage de Samandéni, Oumarou Woni.

Tout comme lui, la présidente de la Coopérative des transformatrices de poissons de Bama, Adjara Sanou, rassure les autorités de l’engagement des acteurs au respect des normes techniques : « Quand la pêche sera ouverte, nous allons œuvrer à la gestion durable des plans d’eau ». En rappel, au Burkina Faso, la pêche et l’aquaculture emploient 50 000 acteurs directs et génèrent des revenus estimés à plus de  25 milliards de francs CFA.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com