CAMES : La délégation burkinabè tourne le dos à la 41e session

106
CAMES : La délégation burkinabè tourne le dos à la 41e session

Ouverts le lundi 8 juillet 2019 à Bangui en république Centrafricaine, les travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains (CCI) du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur et la recherche (CAMES) se poursuivront sans la délégation burkinabè. Pour cause, les enseignants-chercheurs ont décidé de boycotter les travaux.

Ce qu’il faut maintenant appeler affaire Soma et Loada a débuté comme un fait divers, jusqu’à ce que des notes fusent de partout confirmant la rumeur. L’enseignant de droit constitutionnel le Pr Augustin Loada par note du Secrétaire général du CAMES a été suspendu à titre conservatoire des instances de l’institution. Il est accusé par des collègues de les avoir empêchés d’accéder au grade supérieur dans le domaine des sciences juridiques et politiques.

L’un des plaignants est le Pr Abdoulaye Soma, enseignant de droit constitutionnel, autrefois étudiant du mis en cause. L’élève accuse son maitre de bloquer son accession au titre de professeur titulaire des facultés de droit.

Cliquez ici pour lire aussi CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

Pour participer aux travaux en vue de statuer sur le sort des 1 821 candidats pour cette session de 2019, la délégation burkinabè a posé un préalable. Le retrait pur et simple de la mesure de suspension infligée au Pr Loada. Ce que le CAMES n’a pas accepté. Ce refus a donc conduit au retrait de la délégation burkinabè qui a repris la route pour le pays des Hommes intègres. Pour cette 41e session, aucun enseignant-chercheur de cette délégation ne siègera dans un jury (toutes disciplines confondues) pour cette fois-ci.

L’on est en droit de se demander ce qui n’a pas marché entre l’élève et son maitre au point d’en arriver à ce stade ? Pourquoi cette suspension suscite autant de remous dans le monde scientifique burkinabè ? En prenant cette décision sans passer par le Comité d’éthique et de déontologie (organe disciplinaire du CAMES), le Secrétaire général a-t-il outrepassé ses compétences ? La délégation burkinabè a-t-elle opté pour la bonne solution en boycottant cette 41e session ? Quid des candidats burkinabè en lice pour cette session ?

Pour l’heure aucune source officielle ne s’est prononcée sur cette affaire. Mais une rencontre est prévue dans les heures qui suivent entre le ministre en charge de l’Enseignement supérieur Pr Alkasoum Maïga et la communauté scientifique. Nous y reviendrons.


M.K

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici