Cadre sectoriel de dialogue Education et formation : Des taux de réalisation en hausse

75
Cadre sectoriel de dialogue Education et formation : Des taux de réalisation en hausse

Le Cadre sectoriel de dialogue Education et formation (CSD-EF) du Plan national de développement économique et social (PNDES) a fait le bilan, ce 25 février 2020, de ses performances au titre de la période 2016-2019. Au regard des rapports de performances établis, les taux de réalisation sont relativement en hausse.

Trois ministères, à savoir ceux en charge de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Jeunesse, forment le Cadre sectoriel de dialogue Education et formation (CDS-EF). Au cours de cette rencontre entre les membres de ces institutions et les partenaires techniques et financiers, il s’est agi d’évaluer le rapport de performances 2019 des secteurs du cadre, ainsi que la mise en œuvre du programme sur la période 2016-2019. Il a aussi été question de définir les perspectives de 2020-2021.


Le rapport de performances de l’exécution des reformes stratégiques et des investissements structurants indique un taux global d’exécution des effets de 93,83% en fin 2019. L’exécution financière, elle, est estimée à 92,54%.

Dans les détails, ces chiffres sont en « amélioration », de l’avis du président du CSD-EF, Pr Stanislas Ouaro. En effet, en 2018, seuls 75,09% des effets physiques ont été mobilisés au compte des trois ministères, avec 79,58% des ressources financières. Ces décomptes sont faits à partir des objectifs tracés en matière de promotion de l’emploi, de la réalisation d’infrastructures, en matière d’accès à des systèmes d’offre éducative et d’enseignement de qualité. Pour le Pr Stanislas Ouaro, les secteurs de ce cadre de dialogue se portent bien, au vu des taux enregistrés qui constituent un critère de notation.


Egalement, le rapport du cadre note des avancées dans la réalisation des investissements structurants, avec l’achèvement d’un certain nombre d’infrastructures en dépit de la détérioration du contexte sécuritaire et des contextes budgétaires difficiles. Ces résultats ont pu être atteints grâce au « processus de rationalisation des outils du dispositif de suivi et d’évaluation du PNDES ». Une rationalisation qui se traduit dans la pratique par le regroupement de certains effets et la fusion de certaines annexes, ainsi que l’application de critères d’appropriation du référentiel national de pondération des activités et des tâches.


Pour l’instant, la mobilisation des ressources et la mise à disposition à temps des infrastructures demeurent des défis auxquels les perspectives 2020-2021 devraient répondre. Au total, 14 cadres sectoriels de dialogue ont été mis en place dans le cadre du PNDES.

Mariam Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici