Burkina : Une opération d’enlèvement des véhicules de l’Etat dans les garages privés lancée

74
Un véhicule de l'Etat abandonné dans un garage

La Direction générale des affaires immobilières et de l’équipement de l’Etat (DGAIE) a lancé une opération d’enlèvement des véhicules de l’État qui ont fait plus de six mois dans les garages privés. C’était ce mercredi 4 septembre 2019 à Ouagadougou. Cette opération vise à assainir la gestion du patrimoine non financier de l’Etat au Burkina Faso.

Des véhicules de l’Etat sont stationnés ou abandonnés dans les garages privés pendant plusieurs mois. La Direction générale des affaires immobilières et de l’équipement de l’Etat (DGAIE) veut lutter contre cette pratique. Une opération d’enlèvement a été lancée à cet effet.

Ghislain William Toé, directeur de la comptabilité des matières au niveau de la DGAIE, a expliqué que conformément à la règlementation, le séjour des véhicules ne doit pas excéder six mois dans un garage privé.

Ghislain William Toé, directeur de la comptabilité des matières au niveau de la DGAIE
Ghislain William Toé, directeur de la comptabilité des matières au niveau de la DGAIEGhislain William Toé, directeur de la comptabilité des matières au niveau de la DGAIE
Ghislain William Toé, directeur de la comptabilité des matières au niveau de la DGAIE

« Le décret dit 56 portant gestion des véhicules de l’Etat, stipule que tout véhicule de l’Etat stationné dans un garage privé pendant plus de six mois doit être rapatrié au parc automobile de l’Etat. Nous constatons qu’il y a des véhicules de l’Etat qui sont abandonnés dans les garages pendant plusieurs années. Cette opération va consister à rapatrier tous ces véhicules au parc automobile de l’Etat », a-t-il ajouté.

Il a rappelé que cette opération est la deuxième du genre. Après celle de 2017 qui a permis d’identifier plus de 215 véhicules stationnés dans les garages privés, pour 2019, 109 sont concernés uniquement dans la ville de Ouagadougou.

Un véhicule de l'Etat abandonné dans un garage
Un véhicule de l'Etat abandonné dans un garageUn véhicule de l'Etat abandonné dans un garage
Un véhicule de l’Etat abandonné dans un garage

« Nous allons prendre les dispositions pour adresser des lettres administratives aux structures qui ont abandonné les véhicules dans les garages. Demander de produire des justificatifs en termes de contrat de réparation qu’ils ont avec les garagistes avant qu’on puisse restituer les véhicules. Dans le cas contraire, les véhicules seront reformés, ou réparés et ceux qu’on ne pourra pas réparer, les vendre aux enchères au compte du budget de l’Etat », a fait savoir Ghislain William Toé concernant la suite à donner à l’issue de l’enlèvement.

Les structures qui ont abandonné les véhicules dans les garages privés, verront un durcissement de la procédure d’acquisition de nouvelles voitures. Pour un meilleur suivi du patrimoine non financier de l’Etat, des comptables matières ont été nommés dans les différentes structures.

Pour le directeur de la comptabilité des matières au niveau de la DGAIE, à l’issue de cette campagne la DGAIE compte travailler avec l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) pour le suivi rigoureux  des procédures.

Concernant ce long séjour des véhicules de l’Etat dans les garages privés, les garagistes rejettent la faute à l’administration publique. Benjamin Kazinga, garagiste, a expliqué que les structures font comprendre que c’est un souci de trésorerie.

Pierre Guiedem, garagiste
Pierre Guiedem, garagiste Pierre Guiedem, garagiste
Pierre Guiedem, garagiste

« Quand un véhicule arrive, à la suite du diagnostic, nous produisions des devis. C’est la structure qui décide en fonction de son budget d’entamer les réparations ou de patienter. Parfois cela peut prendre un, deux ou plusieurs années. Aucun garagiste ne souhaite garder longtemps un véhicule dans son garage. Cela est encombrant et coûteux », a révélé un garagiste réparant les véhicules de l’Etat, Pierre Guiedem.

Bébou Naon, agent de la DGAIE et dirigeant la supervision de l’opération, a affirmé que certains services détenteurs des véhicules refusent l’enlèvement des engins.

« Un véhicule stationné durant longtemps dans un garage, le devis qui a servi à l’amener devient obsolète. L’opération n’est pas faite pour sanctionner ou pour déranger les gens. Nous souhaitons, quand on fait rentrer un véhicule au garage de pouvoir le faire sortir rapidement pour le service. Généralement, quand un véhicule dure dans un garage, les gens le dépouillent de ses pièces », a-t-il déploré.

Cette opération se déroule avec l’accompagnement de la police nationale et municipale qui va consister à ramener les véhicules au niveau de la DGAIE.

Jules César KABORE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici