Burkina : Un atelier pour trouver une définition et une vision de la cohésion sociale

62

Le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale a initié un atelier technique à Ziniaré. L’objectif est de mener des réflexions afin de trouver une définition consensuelle à la cohésion sociale. Il  ambitionne offrir une vision de cette même cohésion sociale au Burkina.

Afin d’apporter une réponse à la situation d’insécurité que vit le “Pays des Hommes intègres”, la question de la cohésion sociale connait un traitement particulier. Et la particularité réside dans le fait que vers cette question sont orientées toutes les formes de luttes contre l’insécurité. En termes d’actions en réponse à la situation sécuritaire, le gouvernement a mené beaucoup d’activités. Il s’agit, entre autres, du renforcement de l’unité nationale et du sentiment patriotique, de la lutte contre toutes les formes d’exclusions et surtout la prévention des conflits intercommunautaires.

« La cohésion sociale est un terme qui invite à une meilleure constitution du Burkina. Quand on parle de cohésion sociale, c’est qu’on a senti les prémices d’une désunion, les effets d’un déchirement du tissu social. Quand la cohésion sociale est là, elle est comme l’air qu’on respire. Parler de la cohésion s’impose parce que de part et d’autre vous avez des actions à déchirer le tissu social. Construire le Burkina, c’est faire de sorte que tous les Burkinabè sentent que le Burkina est un patrimoine commun. Si on est tous préoccupés  par la cohésion sociale, il est clair qu’on va trouver le bon bout ».

Pr Albert Ouédraogo

« C’est dans cette perspective qu’il est paru nécessaire d’avoir une définition qui, à défaut de faire l’unanimité, soit consensuelle pour encadrer les différentes actions », a indiqué le ministre délégué en charge de la décentralisation Madiara Sagnon/Tou. C’est donc à la suite des  résultats de ces trois jours d’échanges que naîtront des actions conformément aux recommandations. Également prévue, l’élaboration d’un seul message. Il devra être le mot d’ordre de toutes les actions menant vers une réelle cohésion sociale.

Ainsi, les participants vont séjourner dans la cité de l’Oubritenga du 24 au 26 septembre 2019. Ils analyseront tous les aspects qui interviennent dans l’orientation de la vision d’une cohésion sociale au Burkina. Pour ce faire, deux grands axes encadrent le processus. Le premier est de répertorier et d’analyser les facteurs entravant la promotion de la cohésion sociale. La dernière étape, consiste à identifier les valeurs communes et nécessaires au vivre-ensemble.

Basile SAMA

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici