Burkina : « Si nous restons unis, la victoire est au bout » (Pasteur Henri Yé)

35

Le Premier Ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a rencontré ce lundi 2 décembre 2019, le président de la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), pour témoigner sa compassion. Cette rencontre fait suite à une attaque perpétrée contre une église protestante dans le village de Hantoukoura dans l’Est du pays, le dimanche 1er décembre 2019.

Une délégation du gouvernement est allée présenter ses condoléances à la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), ce lundi 2 décembre 2019, suite à l’assassinat de fidèles protestants dans une église à l’Est du Burkina. « Nous souhaitons que cette épreuve nouvelle que la FEME rencontre, que notre peuple rencontre, ne soit pas une opportunité pour baisser les bras et dire que le désespoir est permis », a expliqué Christophe Dabiré.

Pour lui, toutes les attaques que le pays connait sont une tentative de déstabilisation du régime en place.

« Toutes les difficultés que nous rencontrons aujourd’hui, que ce soit les affrontements intercommunautaires, que ce soit les attaques dans les églises, dans les mosquées, que ce soit les attaques dans les marchés, ce sont des choses qui nous viennent parce que les terroristes veulent déstabiliser notre pays, créer une désaffection de l’ensemble des populations vis-à-vis du régime qui dirige ce pays, et faire en sorte que le peuple se soulève pour remettre à plat un certain nombre de choses», a-t-il affirmé.

L’église n’avait pas encore de pasteur

Pour le président de la FEME, le pasteur Henri Yé, cette initiative du gouvernement est à saluer. Il estime que c’est dans l’unité et dans la solidarité que le Burkina arrivera à bout du terrorisme.

« Nous saluons cette initiative du président du Faso qui a dépêché le Premier ministre vers nous pour témoigner de leur compassion. Cela montre que nous sommes une nation famille, unie et solidaire, et nous pensons que c’est dans cette unité et solidarité, que nous allons aller de l’avant. Nous allons vaincre tous ceux-là qui sont toujours derrière nous, tous ceux-là qui sont toujours en train de nous combattre. Si nous restons unis, la victoire est au bout », a-t-il indiqué.

Pour le pasteur Henri Yé, c’est une église qui vient de naitre et n’a pas plus de 20 membres. Elle n’avait pas non plus de pasteur. « Celui qui dirigeait, on a dû le prendre pour le pasteur, mais c’est une église qui n’a pas encore de pasteur », a-t-il fait savoir.

Eliette ZOUNGRANA (Stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici