Burkina : Pour des vaccins salvateurs pour chaque enfant

47

Dans le cadre de son programme de promotion de la santé des populations, d’accélérer la transition démographique et de permettre l’accès à tous aux services de santé de qualité, Dr Anne Vincent, représentante de l’UNICEF Burkina a procédé à l’ouverture de la 1ère session du Comité de Coordination Inter-Agence (CCIA) du Programme Elargi de Vaccination (PEV). C’était ce mardi 16 avril 2019 à Ouagadougou.

Le mardi 16 avril 2019, les acteurs de la santé se sont réunis à Ouagadougou à l’occasion de la première session du Comité de Coordination Inter-Agence (CCIA) du Programme Elargi de Vaccination (PEV) pour faire le bilan des activités réalisées dans le domaine de la vaccination au cours de l’année 2018. L’objectif est de corriger les insuffisances pour l’année 2019 afin que  les enfants reçoivent les doses de vaccins salvateurs.

La vaccination, selon Dr Anne Vincent, représentante de l’UNICEF, serait l’intervention la plus rentable du point de vue coût/efficacité après l’eau potable. L’une des raisons justificatives, c’est que « la vaccination permet d’éviter plus de 2,5 millions de décès par an à travers le monde », a-t-elle dit.

Le budget des vaccins aurait connu une hausse, à en croire Dr Anne Vincent. «  Le montant de la ligne du budget de l’Etat qui y est pour les vaccins et la vaccination est passé de 1 milliard 200 millions en 2016 à 4 milliards 500 millions en 2019 », souligne-t-elle.

Dr Ezaï Meda, Directeur Général de la santé publique, a fait savoir que le Programme Elargi de Vaccination (PEV) est passé de 4 antigènes, c’est-à-dire de 4 vaccins, à 14 vaccins dans notre système de santé. Et que l’objectif majeur de ces travaux est  « qu’aucun enfant ne meurt encore dans notre pays et nulle part ailleurs »  du fait de n’avoir pas pu recevoir les vaccins nécessaires. Pour l’année 2019n, « nous voulons corriger les insuffisances en introduisant des stratégies innovantes, notamment en allant dans les zones non-loties, dans les zones difficiles d’accès et surtout avec les conditions sécuritaires », explique toujours Dr Meda.

 A noter que le Comité de Coordination Inter-Agence (CCIA), est un organe de coordination qui réunit le gouvernement et ses partenaires techniques œuvrant dans le domaine du Programme Elargi de Vaccination (PEV) et qui donne les orientations en matière de vaccination.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com