Burkina : « Nos gouvernants veulent faire croire que la situation est normale » (Loada)

42

Le Mouvement patriotique pour le salut (MPS) a estimé, le mardi 12 novembre 2019, que la situation nationale, marquée les attaques terroristes, « n’est pas seulement à cause de l’impérialisme, des groupes terroristes étrangers ». Selon le parti dirigé par le Pr Augustin Loada, « la situation que nous vivons peut s’expliquer aussi par des facteurs endogènes et (…) par l’irresponsabilité de certains de nos gouvernants ».

Les questions sécuritaires étaient plus au centre des préoccupations. Jugeant  « mauvaise », la  gouvernance du pays par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir, le Mouvement patriotique pour le salut (MPS) a indiqué qu’ « il ne faut pas s’attendre à ce que la gestion du secteur de la sécurité, plus complexe, soit meilleure ».

Selon le Pr Loada, « le plan des terroristes est clair, le schéma est tout tracé, l’Etat-nation du Burkina doit disparaître », dit-il. Et pour faire face à cette menace, le MPS met en avant, entre autres, la cohésion dans l’armée, le rehaussement de la capacité opérationnelle de l’armée et la réconciliation nationale.



A écouter le Pr Loada, Président du MPS, les « gouvernants veulent faire croire au peuple que la situation est normale ». Et, poursuit-il, «que ce soit la majorité ou l’opposition, que ce soit la société civile, aucun Burkinabè ne devrait avoir l’indécence de faire de la question sécuritaire et des déplacés un fonds de commerce politique ou citoyen ».

Concernant la décision prise par le chef de l’Etat de recruter des volontaires dans les zones sous menaces, le MPS se refuse à tout commentaire pour le moment. « On attend de voir la vision qu’ils (gouvernants, ndlr) vont développer avant de prendre position fermement. Je ne sais si c’est VADS, si ce sont des Koglweogo améliorés (…) Mais il ne faut pas que le remède soit pire que le mal ».

Mais le parti dirigé par le Pr Augustin Loada espère que la décision de recruter ces volontaires ne vise pas à masquer l’impuissance du pouvoir actuel à faire face à la situation sécuritaire. « Auquel cas, indique le Pr Loada, elle risque d’être une grave erreur ».

 “Une orange pressée ne peut pas donner plus de jus qu’elle n’en contient”

Sur la question liée à la démission du Président Roch Kaboré, réclamée par des Burkinabè, le MPS a pour sa part jeté la balle dans le camp « du peuple ». « Il faut que le peuple burkinabè réponde à cette question », suggère le Pr Loada. « Mais objectivement, poursuit-il, dans une démocratie normale, un gouvernement avec un bilan comme celui-là, honnêtement, la sanction du peuple doit être lourde ».

Pour le Président du MPS, les gouvernants actuels « ont fait ce qu’ils pouvaient ». Aussi, caricature-t-il, « une orange pressée ne peut pas donner plus de jus qu’elle n’en contient. Vous pressez et vous jetez. Et ça, c’est le rôle du peuple ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici