Burkina : L’UNICEF ne veut laisser aucun enfant derrière !

38

Sous la direction des autorités nationales et en conformité avec les grandes orientations du moment, l’UNICEF a entrepris une vaste réflexion sur l’avenir à donner aux enfants du Burkina à l’horizon 2020. Les résultats de cette démarche, qui vise la recherche du bien-être notamment des enfants, ont été présentés ce vendredi 15 septembre 2017 à Ouagadougou.

Le programme de coopération de l’UNICEF Burkina Faso 2018-2020 entend accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre d’une stratégie visant développement, paix durable, sécurité et droits humains. Les principales composantes sont la santé, la nutrition, l’eau, l’hygiène, l’assainissement, l’éducation, la protection de l’enfant, l’inclusion sociale et l’efficacité du programme.

Selon la Représentante résidente de l’UNICEF, Dr Anne Vincent, le programme s’appuie sur les Objectifs de développement durable (ODD). « Notre programme s’inscrit parfaitement dans les objectifs 1 à 6, 10 et 16. Ce sont notamment la lutte contre la pauvreté, la faim et pour l’alimentation, la promotion de la santé, de l’éducation, l’égalité des sexes, l’eau et l’assainissement, la paix et la justice », a-t-elle expliqué.

Elle a également fait savoir que ce programme s’inscrit dans le PNDES principalement dans l’Axe 2 qui se donne pour objectif de développer le capital humain pour réduire la pauvreté dans un cadre social équitable et durable. Les principes du « Delivering as One » (Unis dans l’action) dans la région du Sahel, demandant au Système des Nations Unies de travailler en synergie et en parfaite coordination, sont aussi pris en compte.

« L’UNICEF se veut aussi un partenaire du gouvernement au niveau national. Nous continuerons de mettre notre expertise technique aux services de la collecte des données, le développement de politiques et stratégies et la guidance de choix budgétaires plus stratégiques pour un budget national Child friendly. Les enfants ont besoin de notre aide. Nous devons protéger les plus vulnérables et amener tout le monde à voir satisfaits ses besoins fondamentaux dans un cadre social équitable et durable en ne laissant personne derrière », a dit Dr Anne Vincent.

La mise en œuvre de ce programme, à en croire ses responsables, nécessite par ailleurs des ressources. Sur un budget total planifié de 100 millions de dollars US, 50 sont disponibles. Un appel a été donc lancé aux partenaires et aux bailleurs afin de soutenir l’initiative. Le ministre de l’eau, Niouga Ambroise Ouédraogo, s’est réjoui de l’initiative. Il s’agit, dit-il, d’un « partenariat d’avenir et touchant ». La ministre de l’économie, Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly, était représentée par sa directrice de cabinet.

Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com