Burkina : Les opinions sur les réseaux sociaux au cœur des UACO 2017

56

Après le rendez-vous manqué de 2015, les Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO) refont surface. La 10e édition de ce rendez-vous académique se tient du 16 au 18 novembre 2017. Elle réunit à Ouagadougou professionnels, universitaires, chercheurs, étudiants et personnes ressources d’Afrique et d’ailleurs. Les participants échangent sur différentes facettes du secteur de l’information et de la communication à la lumière du thème général « Médias sociaux et formation des opinions en Afrique ».

Le secteur de l’information et de la communication est en constante évolution, créant de nouveaux défis à relever. Les acteurs du domaine se sont donnés trois jours pour échanger et contribuer de manière positive à la formation des opinions via les médias sociaux. Les UACO sont portées par le ministère burkinabè de la communication.

Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, WhatsApp,…) et les blogs (personnels ou associatifs) étant des médias sociaux, une bonne partie des discussions sera accordée à ces outils de communication. Les médias en ligne, par ailleurs, ne peuvent être considérés comme des médias sociaux. Toutes les thématiques, liées à l’usage à but informatif des TIC, seront abordées de long en large au cours des UACO 2017.

L’Association des bloggeurs du Burkina (ABB) participe aux débats et les blogueurs comptent partager leurs expériences afin de proposer aux décideurs et utilisateurs des TIC des pistes de réflexions intéressantes. Selon sa présidente, Bassératou Kindo, le citoyen, jadis, spectateur et consommateur de l’information, est devenu aujourd’hui un véritable acteur et producteur de l’information.

 

« Le journaliste n’est plus roi au royaume de l’information », constate-t-elle. Reconnaissant que le citoyen contribue de plus en plus aux débats publics, la présidente de l’ABB appelle à travailler à éviter les dérives car l’information en ligne n’a pas de frontière. Tout en prônant un Internet ouvert et accessible à tous, Bassératou Kindo invite les uns et les autres à utiliser à bon escient cet outil de communication aperçu par ailleurs comme un couteau à double tranchant.

Les experts venus d’horizons divers sont conscients que par un seul clic, un utilisateur peut faire saigner ou soigner un phénomène social. Pour la ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon, les réseaux sociaux sont une réalité à laquelle les utilisateurs sont liés « pour le meilleur et pour le pire ». Elle a rappelé que la population mondiale compte plus de 4 milliards d’internautes.

« Les médias sociaux sont aujourd’hui la première source d’information pour plusieurs personnes », renchérit le Haut Représentant du Président du Faso, Chérif Sy, Patron des UACO 2017. Les médias sociaux, dit-il, se sont également imposés comme sources d’information pour beaucoup de médias traditionnels. Chérif Sy espère que des pistes de réflexions seront proposées à l’issue des trois jours de travaux.

Noufou KINDO

Burkina 24

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com