Burkina : Le programme Bravo soutient l’établissement de 10 000 actes de naissance dans le Centre

32

Pour permettre à tout enfant d’être enregistré, mais aussi éviter l’enregistrement tardif, le programme Bravo a organisé ce mardi 22 octobre 2019, un atelier de coordination des actions pour l’organisation d’une campagne d’enregistrement à l’état civil pour les écoliers  via des jugements gratuits. L’atelier a été présidé par le haut-commissaire du Kadiogo.

« L’acte civil est le premier acte que doit avoir tout individu pour marquer son existence sur terre », a indiqué le haut-commissaire du Kadiogo, Boureima Sawadogo. Cependant, bon nombre d’enfants au Burkina Faso n’en ont pas. Le programme Bravo a jugé utile de faire bénéficier gratuitement à 10.000 enfants de la région du Centre, l’obtention d’un acte de naissance.

Les arrondissements n°3, n°4, n°5, n°11 et six (06) communes rurales de la province du Kadiogo  sont concernés par cette campagne. Selon Boureima Sawadogo,  elle bénéficiera surtout aux  élèves de la classe de CM2, qui n’en ont pas, pour leur permettre de passer leur examen de fin de cycle.

« Dans le domaine de l’éducation pour tous, plusieurs enfants en classe de préparation du Certificat d’étude primaire sont souvent confrontés à des difficultés, du fait qu’ils sont inscrits dans des écoles où il n’y a pas eu d’exigence d’acte civil », a-t-il affirmé.

Le programme Bravo est prêt

Les présidents des tribunaux départementaux et communaux, le représentant du président du tribunal de grande instance, les directeurs d’école, entre autres, étaient présents à cet atelier.



Le programme Bravo se dit prêt à relever ce défi avec l’accompagnement des uns et des autres.

« Le programme Bravo est prêt, mais à lui seul, il ne pourra rien faire. C’est avec tous les acteurs que nous arriverons à relever le défi et faire en sorte que les 10.000 enfants puissent exister », a confié Colette Guebré, responsable du programme Bravo au Burkina.

 

Le programme Bravo a pour objectif de faciliter l’enregistrement tardif de 30.000 élèves dans les régions du Centre, du Centre sud et du Plateau central.

Aussi, il vise l’accompagnement des communes et arrondissements dans la création de centres secondaires d’état civil dans les centres de santé.

Eliette ZOUNGRANA (Stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici