Burkina : Le PARIS veut un récépissé pour poursuivre ses activités politiques

32

Le Parti Républicain pour l’Intégration et la Solidarité (PARIS) demande au ministre en charge des libertés publiques de bien vouloir délivrer le récépissé de changement d’organe dirigeant du PARIS. L’appel a été lancé par les membres dudit parti, le vendredi 4 août 2017 à Ouagadougou au cours d’une conférence de presse.

Les responsables du Parti Républicain pour l’Intégration et la Solidarité, PARIS, disent avoir toujours participé aux élections organisées au Burkina Faso. Avant d’avoir un nouveau président, le parti avait à sa tête un autre président du nom de Roland Tondé.

Ce qui pourrait laisser croire que le parti a « deux présidents » et de surcroît, deux Roland. A en croire Roland Goungounga, se réclamant nouveau président du parti, son prédécesseur accusait beaucoup d’absences, et se faisant, « les militants ont décidé de tenir un congrès pour décider de l’avenir du parti ».

Il a fait savoir qu’un Congrès extraordinaire s’est tenu les 27 et 28 février 2016 à Ouagadougou et conformément aux statuts et au règlement intérieur du parti, les militants ont élu un nouveau bureau politique national (BPN) afin de permettre au PARIS de bien fonctionner.

« Conformément à la loi, le ministre en charge des libertés publiques qui était Simon Compaoré en a été informé et nous attendions notre récépissé », a révélé le président du parti. Le récépissé était en cours de production, dit-il, mais un « incident » se serait produit au cours de la production du récépissé. Voici sa version des faits !

Les animateurs de la conférence de presse.

Deux Roland, un seul parti politique…

« Roland Tondé est apparu, il est allé tempêter à la Direction Générale des Libertés Publiques et des Affaires Politiques (DGLPAP), sise en face du SIAO, et a presté à la radio et à la CENI. Une plainte a aussi été déposée par Monsieur Tondé contre les responsables du PARIS pour abus de confiance, usurpation de titre, faux en écriture privée et publique, et détournement de fonds avec la complicité d’une parente du Président du PARIS. C’est alors que la DGLPAP a décidé d’interrompre la délivrance du récépissé », a expliqué Roland Goungounga.

« Par correspondance N° 2016-001264/MATDSI/SG/DGLPAP/DAPOE du 03 juin 2016, le Secrétaire Général du Ministère, chargé de l’expédition des affaires courantes, et pour le Ministre d’Etat, nous expliquait que Monsieur Tondé a saisi les services compétents de son département pour dénoncer la régularité de la convocation et de la tenue du congrès extraordinaire ayant procédé au renouvellement de l’organe dirigeant du parti, et qu’en conséquence il ne nous délivrerait pas le récépissé », poursuit le principal animateur de la conférence de presse.

Il a également affirmé que depuis lors, ils ont essayé vainement de plaider la cause du PARIS auprès des autorités. « Continuer de refuser de nous délivrer notre récépissé nous empêche de fonctionner conformément aux aspirations des militants, et c’est certainement une atteinte à nos droits collectifs, en tant que militants du PARIS », a conclu le président du parti, Roland Goungounga. Où est passé Roland Tondé ? Qui est-il en réalité ? Que pense-t-il de cette affaire ? Ces questions restent pour le moment sans aucune réponse.

Irmine KINDA et Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com