Burkina : Le Conseil de sécurité disposé à « continuer d’empêcher une nouvelle déstabilisation de l’état de la sécurité du pays « 

150

5 personnalités étaient face aux membres du Conseil de sécurité pour exposer au sujet des activités de la Force conjointe du Groupe de cinq pays du Sahel ce 16 mai. Il s’agit de la Sous-Secrétaire générale pour l’Afrique, Bintou Keita, le Ministre burkinabé des affaires étrangères et de la coopération, Alpha Barry, le Haut-Représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya, le Représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel, Angel Losada et le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, Yury Fedotov.

État d’avancement de l’opérationnalisation de la force conjointe, mesures de mise en place d’un cadre réglementaire solide pour prévenir toute violation du droit des droits de l’homme et du droit international humanitaire en rapport avec la Force conjointe, sont entre autres les points sur lesquels le Conseil s’est félicité, selon le communiqué conjoint de la rencontre.

En ce qui concerne le Burkina, les membres du Conseil se sont félicités de la tenue d’une réunion le 16 mai 2019 de la Commission au sujet de l’appui en matière de consolidation de la paix à apporter au Burkina Faso, à la demande de ce pays, et ont encouragé ces interactions entre la Commission et le Burkina Faso.

« Ils se sont déclarés disposés à continuer d’empêcher une nouvelle déstabilisation de l’état de la sécurité au Burkina Faso, en particulier dans les régions du pays qui connaissent des problèmes transfrontières ayant une incidence sur la paix et la sécurité dans le Sahel. Ils ont encouragé le Secrétaire général à poursuivre rapidement l’évaluation en cours qui vise à adapter l’appui de l’ONU sur le terrain à l’évolution des besoins de la population, y compris dans les domaines du développement, des besoins humanitaires, de la cohésion sociale, de l’état de droit, des droits de l’homme, de la lutte antiterroriste et du renforcement des capacités des forces de sécurité au Burkina Faso, conformément aux priorités de son gouvernement », indique le communiqué conjoint.

Les membres du Conseil se sont dits disposés à continuer de surveiller de près l’état de la sécurité dans le Sahel, les activités de la Force conjointe ainsi que l’appui international qu’elle reçoit.

Source : Omegabf.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici