Burkina: la CS-MEF maintient sa grève du lundi 18 au vendredi 22 juin

43

La coordination des Syndicats du ministère en charge de l’Economie et des Finances a décidé d’observer sa première semaine de grève du 18 au 22 juin prochain. Elle estime que ce débrayage est lié à l’absence de « réaction franche de la part du gouvernement ». Selon cette déclaration publiée sur sa page Facebook, la Coordination indique qu’en cas de non satisfaction de sa plateforme, elle observera une autre semaine de grève du 25 au 29 juin prochain. Cette grève intervient après la suspension de leur sit-in prévu du 11 au 15 juin, dans le but de « donner une chance à la médiation » 

« Le 1er juin 2018, la Coordination des Syndicats du Ministère en charge de l’Economie et des Finances (CS-MEF) déposait un préavis de grève allant du 18 au 22 juin 2018 renouvelable du 25 au 29 juin 2018. Préalablement, un mot d’ordre de sit-in allait être observé du 11 au 15 juin 2018.

Le 08 juin 2018, la CS-MEF suspendait la semaine de sit-in afin de donner chance au dialogue. A la date du 17 juin 2018, il n’y a aucune réaction franche da la part du Gouvernement tendant à reprendre les discussions autour des préoccupations des travailleurs du MINEFID. Pire, suite à la Conférence des forces vives de la Nation sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l’Etat tenue du 12 au 14 juin 2018, le Gouvernement a décidé d’une part de remettre en cause des Protocoles d’accord et d’autre part de supprimer le FC (dans son principe comme dans sa philosophie). Ainsi, pendant que la CS-MEF se bat pour sécuriser les acquis des travailleurs du MINEFID à travers la lutte en cours, le Gouvernement continue dans sa logique de remise en cause de ces acquis.

De ce qui précède, les travailleurs du MINEFID (Douanes, Impôts, Trésor, Finances…) seront une fois de plus en grève du lundi 18 au vendredi 22 juin 2018 sur toute l’étendue du territoire national et dans les ambassades et consulats du Burkina Faso à l’étranger. A l’issue de ces 120 heures de grève, si le Gouvernement n’apporte pas de solutions aux préoccupations posées, le mot d’ordre sera reconduit du 25 au 29 juin 2018.

Tout en s’excusant auprès des usagers des services du MINEFID et des populations pour les éventuels désagréments que pourrait engendrer ce mot d’ordre de grève, la CS-MEF rappelle qu’elle n’est pas en lutte pour faire du tort à qui que ce soit mais plutôt pour obtenir du Gouvernement la résolution des préoccupations soumises au Chef de l’Etat depuis le 14 mars 2018. Par ailleurs, il réaffirme toute sa disposition au dialogue »

 

Fasozine